Communiqué de presse

Journée des droits de l’homme. Aux Caraïbes, la société civile demande l’abolition de la peine de mort

En ce 10 décembre, à l’occasion de la Journée des droits de l’homme, des représentants de la société civile des Caraïbes demandent aux gouvernements de la région de prendre des mesures en vue d’abolir la peine de mort.

L’appel est lancé par des représentants d’organisations non gouvernementales (ONG) des Bahamas, du Belize, de la Grenade, du Guatemala, du Guyana, de la Jamaïque, de Porto Rico et de Trinité-et-Tobago, ainsi que par des délégués du réseau Greater Caribbean For Life et d’Amnesty International.

Dans les Caraïbes anglophones, les exécutions sont rares, mais des condamnations à mort continuent d’être prononcées par de nombreux tribunaux, bien souvent en violation du droit international relatif aux droits humains et des normes en la matière. Trop souvent, les systèmes de justice pénale sont aux prises avec des dossiers qui dépassent largement leurs capacités. Force est de constater que les prévenus sont mal défendus, que les témoins ne bénéficient pas de programmes de protection et que les services médicolégaux manquent de moyens. Ces lacunes, alliées au manque de formation et de ressources de la police, à ses capacités d’investigation limitées et à la corruption, se traduisent souvent par des violations de la procédure légale ou par la condamnation à mort de prisonniers souffrant de troubles mentaux.

Les autorités de la Barbade et de Trinité-et-Tobago maintiennent l’application obligatoire de la peine de mort pour le meurtre ; pourtant, les organisations régionales et internationales de défense des droits humains estiment que le caractère automatique et obligatoire de la condamnation à mort constitue une privation arbitraire de la vie, étant donné qu’il empêche de prendre en considération la situation personnelle de l’accusé et les circonstances dans lesquelles a été commis le crime.

Si le monde prend ses distances avec ce châtiment, plus des deux-tiers des États du globe ayant aboli la peine de mort en droit ou en pratique, plusieurs gouvernements de la région ont récemment adopté des lois visant à faciliter le retour à la pendaison, et ce en raison du fort taux de criminalité violente.

Les États-Unis restent le seul pays du continent américain à procéder à des exécutions. Toutefois, des signes positifs indiquent qu’ils s’orientent progressivement vers l’opposition à la peine capitale. Ainsi, un moratoire sur les exécutions a récemment été décrété dans l’État de l’Oregon, tandis que la peine de mort a été abolie dans le Connecticut.

La peine capitale viole le droit à la vie inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Les gouvernements des États anglophones des Caraïbes s’accrochent à l’idée que la peine de mort est la solution aux problèmes de sécurité publique, même si les éléments manquent qui prouvent qu’elle contribue à réduire la criminalité. Si elles compatissent totalement avec les victimes de crimes de sang, les organisations signataires sont convaincues que la peine capitale ne rend pas les sociétés plus sûres.

À l’occasion de la Journée des droits de l’homme, la société civile demande aux États des Caraïbes qui maintiennent ce châtiment de mettre en œuvre des solutions efficaces et constructives aux problèmes qui caractérisent la justice pénale et d’abolir une bonne fois pour toutes la peine de mort.

Organisations signataires :

Réseau des droits humains des Bahamas
Commission des droits humains du Belize
Selwyn Strachan (Grenade)
Grupo de Apoyo Mutuo (Groupe de soutien mutuel, Guatemala)
African Cultural Development Association (Guyana)
Commonground (Guyana)
Guyana Coalition of Citizens with Disabilities
Association guyanienne pour les droits humains (GHRA)
Compagnie de Jésus, région du Guyana
Guyana Society for the Blind
Help & Shelter (Guyana)
Red Thread (Guyana)
Les Sœurs de la Miséricorde (Guyana)
Les Ursulines (Guyana)
Vilvoorden Women’s Organisation (Guyana)
Conseil indépendant de Jamaïque pour les droits humains (IJCHR)
Coalition portoricaine contre la peine de mort (PRCADP)
Ordre des avocats de Porto Rico
Commission catholique pour la justice sociale (Trinité-et-Tobago)
RED Initiatives (Trinité-et-Tobago)
Doh Do Death (Trinité-et-Tobago)
Amnesty International
Greater Caribbean For Life

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !