JOURNEE INTERNATIONALE DES MIGRANTS

AI INDEX : POL 30/037/2003

JOURNÉE INTERNATIONALE DES MIGRANTS

Jeudi 18 décembre 2003

ANNONCE À L’ATTENTION DES MÉDIAS

En ce jeudi 18 décembre 2003, Journée internationale des migrants, Amnesty International se félicite des initiatives marquantes prises cette année en matière de migration internationale. La Convention sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille est entrée en vigueur le 1er juillet 2003. En outre, une Commission mondiale sur la migration internationale a vu le jour à Genève le 9 décembre 2003

Cependant, la réalité quotidienne pour de nombreux migrants dans le monde reste sombre. Vilipendés par les politiciens et les médias populaires, souvent victimes de discrimination et de violations de leurs droits fondamentaux, de nombreux migrants continuent de vivre en marge de sociétés qui refusent de les accepter ou de les intégrer pleinement. Amnesty International demande à tous les États qui ne l’ont pas encore fait de ratifier la Convention sur la protection des travailleurs migrants et de placer les droits humains au centre de toute politique de « gestion de l’immigration ».

Le site web d’Amnesty International pour les réfugiés fait un récapitulatif des dernières avancées en matière de droits des migrants au niveau mondial, avec un point sur le Comité pour la protection des droits des travailleurs migrants et la Commission mondiale sur la migration internationale. Le site fait également place aux récits de Burkinabés, travailleurs migrants en Côte d’Ivoire, contraints de fuir et de retourner au Burkina Faso. Souvent cibles d’attaques lors du conflit en Côte d’Ivoire, de nombreux Burkinabés ont vécu un retour difficile au Burkina Faso où ils ont peine à gagner leur vie.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site web (en anglais) http://web.amnesty.org/pages/refugees-181203-index-eng

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse