Journée noire pour la liberté de la presse

L’attaque mortelle de ce matin par des hommes armés du bureau parisien du journal Charlie Hebdo constitue un assaut effrayant contre la liberté d’expression

Cette attaque, apparemment menée par des hommes armés et masqués, qui ont quitté les lieux après des échanges de coups de feu avec des policiers, aurait provoqué la mort de 12 personnes et blessé plusieurs autres dans les locaux de l’hebdomadaire.

« Ceci constitue une journée noire pour la liberté d’expression et une culture médiatique vibrionnante. Mais surtout, c’est une terrible tragédie humaine » a déclaré Philippe Hensmans, directeur d’Amnesty International Belgique.

« C’est une manoeuvre atroce qui visait à tuer des journalistes, à mettre un terme à la liberté de la presse et à générer la peur. Cela doit être fermement condamné et les autorités françaises doivent garantir que tous les responsables seront traduits en justice en bénéficiant d’un procès équitable. Les journalistes qui sont menacés doivent être protégés et doivent avoir la possibilité de faire leur travail sans craindre une violence meurtrière ».

Charlie-Hebdo, un hebdomadaire satirique basé à Paris a suscité la controverse ces dernières années en publiant des caricatures considérées comme insultant l’islam.

Amnesty International tient à faire remarquer que la liberté d’expression s’étend aux idées de toutes sortes, y compris celles qui pourraient être considérées comme insultantes ou offensantes.

Suite à l’attaque de ce matin, le gouvernement français a convoqué une réunion de sécurité et a élevé le niveau d’alerte terroriste du pays au plus haut niveau.

Amnesty International va continuer à suivre de près la situation et la réponse du gouvernement.

© Antoine Antoniol/Getty Images

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse