Kazakhstan, Condamné pour avoir critiqué la réponse du gouvernement au COVID-19

Alnour Iliachev

Un tribunal d’Almaty a condamné le prisonnier d’opinion Alnour Iliachev, un militant en faveur des droits humains, à trois ans de restriction de liberté et à une interdiction de militantisme politique et civique de cinq ans pour avoir critiqué la gestion de la pandémie de COVID-19 par le gouvernement.

« Les autorités du Kazakhstan ont exploité cyniquement l’état d’urgence mis en place afin de gérer la pandémie de COVID-19 pour réprimer les voix dissidentes. Alnour Iliachev n’a commis aucun crime. Il n’a fait qu’exprimer ses opinions pacifiquement, ce que les autorités et leurs “experts” ont dépeint comme un acte criminel et qu’elles ont pénalisé lourdement, a déclaré Heather McGill, chercheuse pour l’Asie centrale à Amnesty International.

« La condamnation d’Alnour Iliachev pour des chefs d’accusation absurdes est un signe clair que rien n’a changé au Kazakhstan et qu’aucune voix indépendante ne sera autorisée à critiquer les politiques et les actions du gouvernement. Toute violation des termes de sa condamnation l’enverra directement en prison. À l’annonce du jugement, Alnour Iliachev a demandé à rester incarcéré. »

Complément d’information

Le 22 juin, le tribunal de district N° 2 de Medeu à Almaty (au sud du Kazakhstan) a déclaré Alnour Iliachev coupable de « dissémination délibérée d’informations fausses menaçant l’ordre public durant l’état d’urgence » et l’a condamné à une peine de restriction de liberté (une forme de peine non privative de liberté) de trois ans en lui interdisant également de pratiquer du « militantisme social et politique » pour une durée de cinq ans.

Selon les termes de sa restriction de liberté, il devra se présenter auprès d’un agent de probation régulièrement et ne pourra pas quitter sa ville de résidence ni son emploi sans la permission des autorités. Il a été libéré pendant l’audience.

Alnour Iliachev a été arrêté le 17 avril pour des publications sur les réseaux sociaux dans lesquelles il affirmait que les autorités du Kazakhstan, dont le parti au pouvoir Nour Otan, étaient corrompues et incompétentes dans leur gestion de la pandémie de COVID-19, entre autres choses. Au cours du procès, les témoins de l’accusation appelés en tant qu’experts ont affirmé que les publications d’Alnour Iliachev risquaient d’« alarmer le public ».

Toutes les infos
Toutes les actions

La Chine enferme et persécute les Ouïghours dans des camps

Demandez à la Chine d’arrêter le harcèlement des populations Ouïghours et la fermeture des camps d’internement. Signez la pétition