Kenya : Des policiers armés sont déployés en nombre en marge de l’élection

Alors que le nouveau scrutin de l’élection présidentielle débute au Kenya, Amnesty International demande à la police – déployée en nombre dans plusieurs bastions de l’opposition – de faire preuve de retenue et d’éviter d’utiliser des armes à feu pour disperser les manifestations.

« Jusqu’à 67 personnes sont mortes au lendemain du scrutin du mois d’août – la plupart abattues et tuées par la police. Les tensions étant toujours très vives, la menace est réelle que de nouvelles effusions de sang ne ternissent le nouveau scrutin. Nous demandons à la police de ne faire usage de la force qu’en dernier recours. Il faut empêcher que les homicides illégaux imputables à la police et d’autres violations des droits humains ne se répètent », a déclaré Justus Nyang’aya, directeur d’Amnesty International Kenya.

Dans la matinée du 26 octobre, les chercheurs d’Amnesty International ont vu au moins une dizaine de jeunes hommes dans le bidonville de Kibera, à Nairobi, tenter de bloquer l’accès à un bureau de vote. Les policiers ont tiré des gaz lacrymogènes pour les disperser.

D’autres quartiers de la capitale où les chercheurs se sont rendus dans la matinée semblaient calmes. Amnesty International continuera de suivre la situation.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Farid et Issa, défenseurs Palestiniens en danger

Farid et Issa militent pour la non-violence et font face à d’incessantes menaces et agressions de la part de soldats et de colons israéliens. Aidez-les ! Signez notre pétition