Communiqué de presse

Kenya et Éthiopie. Le président Barack Obama doit s’exprimer sur les droits humains

Le président des États-Unis Barack Obama doit profiter de sa visite au Kenya et en Éthiopie, qui débute le 24 juillet, pour réclamer de réelles améliorations de la situation des droits humains dans ces deux pays, a déclaré Amnesty International, en partenariat avec les 13 autres signataires de la lettre qui lui a été adressée.

« Ces deux pays sont confrontés à de graves menaces en termes de sécurité, mais nous sommes préoccupés par la réponse apportée par chacun de ces gouvernements, souvent en s’appuyant sur des mesures de sécurité abusives et en s’efforçant de bâillonner la société civile et les médias indépendants », peut-on lire dans la lettre. Pendant son séjour au Kenya, le président doit « prendre en compte les difficultés à la fois nouvelles et de longue date, auxquelles le pays continue d’être confronté – notamment l’impunité dont jouissent les forces de sécurité, la nécessité de réformer la justice pénale, le climat de plus en plus restrictif pour les médias et la société civile, et la pression croissante exercée sur les réfugiés somaliens qui vivent au Kenya et sur ses communautés musulmanes ».

Pendant son séjour en Éthiopie, le président Barack Obama doit « faire passer le message selon lequel les États-Unis n’apprécient guère les politiques profondément répressives mises en œuvre par le gouvernement ».

Pour consulter la lettre adressée au président Barack Obama : https://www.amnesty.org/en/documents/amr51/2156/2015/en/

Pour des documents sur la situation des droits humains au Kenya, veuillez cliquer sur : http://www.amnesty.be/doc/Kenya

Pour des documents sur la situation des droits humains en Éthiopie, veuillez cliquer sur : http://www.amnesty.be/doc/Ethiopie

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !