L’accord de paix rejeté au référendum

Le rejet de l’accord de paix lors du référendum du 2 octobre en Colombie est une occasion manquée pour le pays de tourner enfin la page d’un conflit qui a duré plus de 50 ans, a déclaré Amnesty International.

« Le 2 octobre entrera dans l’histoire comme le jour où la Colombie a tourné le dos à la possibilité de mettre fin à une guerre qui a ruiné des millions de vies pendant plus de 50 ans, a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

« Bien qu’imparfait, l’accord représentait un chemin concret vers la paix et la justice. Les incertitudes générées par ce vote exposent des millions de Colombiens, particulièrement ceux qui sont issus de groupes vulnérables comme les communautés indigènes, afro-colombiennes et paysannes, au risque accru de subir des violations des droits humains.

« Il est impératif que la Colombie n’abandonne pas ce projet et que le pays continue de progresser vers la paix tant attendue par des millions de personnes. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Mexique-USA : des familles ont besoin de compassion et non de violence

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !