Communiqué de presse

L’accueil des Syriens qui fuient la guerre Par Philip Luther, directeur du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International

Cette semaine, deux annonces importantes nous permettent de mieux prendre conscience de l’ampleur de la souffrance des personnes qui fuient les combats en Syrie et de ce qui peut être fait pour les aider alors que la crise humanitaire et la situation catastrophique des droits humains provoquées par le conflit interne dans le pays ne montrent aucun signe d’affaiblissement.

En l’espace de 24 heures, les Nations unies ont fait savoir que le nombre de réfugiés en provenance de Syrie avait officiellement dépassé les deux millions, et l’Office national des migrations de la Suède a annoncé que le pays allait accorder le statut de résident permanent aux personnes en provenance de la Syrie qui demandent l’asile en Suède.

L’annonce de la Suède a certainement eu un effet réconfortant pour les milliers de personnes qui ont fui dans ce pays, usés par la guerre qui fait rage en Syrie depuis le mouvement de protestation du début de l’année 2011.

Dans un premier temps, le pays scandinave avait accordé un permis de séjour permanent à environ la moitié des demandeurs d’asile en provenance de Syrie qui se trouvaient sur son territoire. L’autre moitié s’était vu accorder un permis temporaire de trois ans.

Déjà le 30 janvier 2012, l’Office suédois des migrations avait mis fin officiellement à tous les renvois en Syrie.

Maintenant que les demandeurs d’asile deviennent des résidents permanents de la Suède, leurs proches pourront également faire une demande d’asile au titre du regroupement familial.

Tout en se félicitant grandement de la protection offerte par la Suède aux réfugiés syriens, Amnesty International appelle les autres pays de l’Union européenne (UE) et d’ailleurs à faire beaucoup plus de leur côté.

L’organisation exerce de longue date des pressions sur les pays membres de l’UE pour qu’ils viennent en aide aux très nombreuses personnes qui ont fui la Syrie et se trouvent principalement dans les pays voisins de la Syrie, au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Irak et en Égypte.

En 2012, les 27 pays de l’Union européenne, dont la population totale dépasse les 500 millions d’habitants, n’ont accordé qu’à 18 700 réfugiés en provenance de Syrie un statut les protégeant. Plus de 70 % de ces personnes ont été enregistrées dans seulement deux pays : l’Allemagne et la Suède.

La communauté internationale doit, c’est essentiel, partager la responsabilité de l’accueil des réfugiés syriens. Le soutien aux pays voisins de la Syrie qui reçoivent la majorité des réfugiés doit être accru, et il faut que ces pays laissent leurs frontières ouvertes à tous ceux qui fuient le conflit en Syrie.

Parallèlement, d’autres pays devraient suivre l’exemple de la Suède et veiller à ce que les personnes fuyant la Syrie soient protégées et se voient offrir la possibilité de démarrer une nouvelle vie en toute sécurité.

À la suite de l’annonce de la Suède, le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré que son pays allait « montrer la voie » en matière d’aide à la Syrie. L’Allemagne a déjà accepté de prendre 5 000 personnes supplémentaires en provenance de Syrie dans le cadre d’un programme d’accueil humanitaire.

Ces initiatives représentent une part importante de ce qui est nécessaire pour faire face aux souffrances auxquelles sont soumis les civils pris dans le conflit syrien.

Deux ans et demi après le début de la crise en Syrie, dont près d’un tiers de la population est désormais déplacée à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, il faut cependant que de telles offres d’aide soient suivies de nombreuses autres.

Amnesty International va continuer de demander à tous les pays pouvant aider les réfugiés syriens de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour faire face à l’un des déplacements de population les plus préoccupants des dernières années.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.