La défense des droits humains et de la justice pour tous doit être une priorité

En réaction à l’annonce par le président Yahya Jammeh qu’il reconnaissait sa défaite à l’élection présidentielle, Sabrina Mahtani, chercheuse d’Amnesty International sur l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale, qui se trouve actuellement en Gambie, a déclaré :

« Pendant des années, la population gambienne a été victime de nombreuses exactions, notamment de terribles violations des droits humains et d’oppression. »

« Ces deux dernières semaines ont montré à quel point les Gambiens, de tous les bords politiques, tenaient à la liberté d’expression. La future administration aura la lourde obligation de transformer la situation de la Gambie en matière de droits humains, en libérant les prisonniers politiques, en supprimant les lois répressives et en implantant fermement les libertés récemment obtenues. »

Complément d’information

Vendredi 2 décembre, le président de la Commission électorale a annoncé que le candidat de l’opposition, Adama Barrow (Coalition 2016), avait remporté l’élection de la veille avec plus de 50 000 voix d’avance. Le président Yahya Jammeh (APRC - Alliance pour la réorientation et la construction patriotiques), a reconnu sa défaite.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées