Communiqué de presse

La mort du militant Dinh Dang Dinh doit servir de signal d’alarme au Viêt-Nam

Amnesty International rend hommage à Dinh Dang Dinh, militant écologiste, blogueur et ancien prisonnier d’opinion vietnamien, qui vient de mourir à l’âge de 50 ans.

Ce militant a été injustement emprisonné en 2011 après avoir lancé une pétition contre un projet minier. On lui a par la suite diagnostiqué un cancer en prison.

Ce n’est qu’en janvier 2014 que les autorités ont autorisé Dinh Dang Dinh à se faire soigner à l’hôpital, où il était soumis à une surveillance constante. Il s’était vu accorder une libération provisoire pour raisons médicales en février, avant d’être définitivement libéré en mars.

Dinh Dang Dinh est décédé d’un cancer de l’estomac à son domicile de la province de Dak Nong, dans la région montagneuse du centre du Viêt-Nam, jeudi 3 avril dans la soirée.

« Comme d’autres défenseurs des droits humains au Viêt-Nam et dans le monde entier, nous portons le deuil de Dinh Dang Dinh et adressons nos plus sincères condoléances à sa famille », a déclaré Rupert Abbott, le directeur adjoint du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International.

« Il est tragique que les autorités vietnamiennes aient volé à Dinh Dang Dinh ses dernières années de vie en l’enfermant loin de ses proches. »

Ancien soldat et professeur de chimie, Dinh Dang Dinh a été arrêté en décembre 2011 après avoir lancé une pétition contre l’ouverture d’une mine de bauxite dans la région montagneuse du centre du pays.

Il a été condamné à une peine de six ans de prison en août 2012 pour « propagande contre l’État ».

Son procès n’a duré que trois heures. Le recours qu’il a formé par la suite a été rejeté au terme d’une audience expédiée en 45 minutes. Son droit à la liberté a donc été bafoué dans le cadre de procédures aussi iniques et arbitraires que les charges retenues contre lui. Lorsqu’il a quitté la cour d’appel, des personnes l’ont malmené afin de le forcer à monter à bord d’un camion, et des membres des forces de sécurité lui ont donné des coups de matraque à la tête.

Des dizaines d’autres personnes sont maintenues en détention au Viêt-Nam pour s’être exprimées haut et fort ; certains prisonniers d’opinion sont incarcérés dans des conditions éprouvantes depuis de nombreuses années.

« La tragédie qu’est le décès de Dinh Dang Dinh doit servir de signal d’alarme au Viêt-Nam », a déclaré Rupert Abbott.

« Le Viêt-Nam doit libérer immédiatement et sans condition l’ensemble des prisonniers d’opinion qui, comme Dinh Dang Dinh, n’ont fait que s’exprimer de manière pacifique. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse