Mort du président Islam Karimov : les droits humains toujours en péril

Alors que des informations largement relayées font état de la mort du président Islam Karimov, le régime répressif en Ouzbékistan risque fort de perdurer, a déclaré Amnesty International.

« La mort d’Islam Karimov marque la fin d’une époque en Ouzbékistan, mais sans doute pas la fin des violations des droits humains qui relèvent d’une pratique bien établie. Son successeur sera probablement issu du premier cercle de Karimov, qui n’a jamais toléré les esprits dissidents, a déclaré Denis Krivosheev, directeur adjoint pour l’Europe et l’Asie centrale à Amnesty International.

« Sous son régime qui a duré 27 ans, les droits et les libertés furent loin d’être respectés : toute dissidence fut violemment réprimée, et la torture et les détentions arbitraires devinrent la marque de fabrique du système judiciaire. Des centaines de personnes sont mortes dans le massacre d’Andijan, pour lequel personne n’a eu à rendre des comptes. Des milliers de citoyens ont fini derrière les barreaux à l’issue de procès iniques. Pour réamorcer la justice dans le pays, il faudra des réformes politiques et une nouvelle attitude – fondée sur des principes – de la part des partenaires internationaux de l’Ouzbékistan, ce qui a cruellement manqué ces dernières années. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !