Le bureau d’Amnesty International à Moscou sous scellés

En arrivant sur leur lieu de travail, mercredi 2 novembre au matin, les membres du personnel du bureau d’Amnesty International à Moscou ont découvert avec surprise que le bureau avait été placé sous scellés. Les autorités municipales ont placardé un avertissement en interdisant l’entrée.

« Nous ignorons ce qui a poussé les autorités de Moscou à empêcher notre personnel d’accéder à nos locaux, a déclaré John Dalhuisen, directeur adjoint du bureau Europe et Asie centrale d’Amnesty International. Il s’agit là d’une mauvaise surprise pour laquelle nous n’avons reçu aucun avertissement préalable.

« Étant donné le climat dans lequel opère actuellement la société civile en Russie, il existe de nombreuses explications plausibles à cette situation, mais il est trop tôt pour tirer la moindre conclusion. Nous nous employons à résoudre le problème aussi rapidement que possible. »

« Nous sommes absolument certains d’avoir respecté toutes nos obligations en tant que locataires. »

Le court avertissement affiché sur les locaux de l’organisation, situés dans le centre de Moscou et qu’Amnesty International loue directement auprès de la municipalité, indiquait que le bâtiment est la « propriété d’une ville de la Fédération de Russie » et que personne n’est autorisé à entrer sans être accompagné d’un agent municipal. Les verrous et le système d’alarme ont été enlevés et le courant semble avoir été coupé.

Les employés d’Amnesty International ont tenté de téléphoner aux autorités municipales en utilisant le numéro indiqué sur l’avertissement pour essayer de remédier à la situation, mais personne n’a répondu. Ils cherchent actuellement à obtenir une entrevue avec des représentants de la municipalité.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées