Le Conseil de sécurité doit saisir la Cour pénale internationale de la situation en Libye


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

25 février 2011

Amnesty International a demandé vendredi 25 février au Conseil de sécurité de l’ONU de saisir la Cour pénale internationale (CPI) de la situation en Libye et de décréter immédiatement un embargo sur les armes, alors qu’une réunion du Conseil est prévue à New York ce même jour.

« Le colonel Mouammar Kadhafi et ses responsables hiérarchiques doivent comprendre qu’ils auront à répondre de leurs actes, a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International. Il faut qu’ils réalisent que les investigations et les poursuites sont une réalité à laquelle ils devront faire face.

« Cela devrait résonner comme un signal d’alarme pour ceux qui donnent les ordres et ceux qui les exécutent : leurs crimes ne resteront pas impunis, a poursuivi Salil Shetty.

« Les membres du Conseil de sécurité doivent prendre des mesures immédiates afin de mettre un terme aux atroces violations des droits humains commises dans les rues de Tripoli et ailleurs en Libye. »

Amnesty International a renouvelé l’appel qu’elle a lancé le 23 février au Conseil de sécurité pour qu’il décrète sans délai un embargo sur les armes à destination de la Libye, suspendant ainsi les transferts d’équipements et de personnel, et qu’il gèle les avoirs du colonel Mouammar Kadhafi, de ses proches et de toute personne impliquée dans les atteintes aux droits humains.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées