Le Parlement européen appelle à un embargo sur les armes à destination de l’Arabie saoudite

Le Parlement européen a condamné le royaume d’Arabie saoudite à la suite du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi et appelé à un embargo sur les armes à destination de ce pays.

« Le récent meurtre de Jamal Khashoggi a mis en évidence les limites de la diplomatie silencieuse face à un mépris net et prolongé pour les droits humains. Amnesty International a constaté des dizaines d’attaques illégales commises par la coalition que dirige l’Arabie saoudite au Yémen, dont des frappes aériennes disproportionnées et menées sans discrimination qui ont tué et blessé des civils et détruit de très nombreux logements, écoles, hôpitaux, marchés et mosquées, a déclaré Covadonga de la Campa, directrice par intérim du Bureau européen d’Amnesty International.

« Au vu des éléments montrant clairement que des armes pourraient être utilisées pour commettre de graves violations au Yémen, tous les États exportateurs d’armes doivent suspendre les transferts d’armes à destination de l’Arabie saoudite et des membres de sa coalition.

« Nous saluons les critiques sévères du Parlement européen à l’égard de la répression visant les militants et les journalistes en Arabie saoudite. Jusqu’à récemment, la répression systématique des droits humains par l’Arabie saoudite était généralement accueillie par un silence assourdissant de la communauté internationale. Bien qu’il soit particulièrement épouvantable, le meurtre de Jamal Khashoggi n’est malheureusement pas exceptionnel. Il s’inscrit complètement dans une pratique de longue date consistant à réprimer l’opposition pacifique, qui n’a fait que s’intensifier depuis que Mohammad bin Salman est prince héritier. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.