Le Prix « Ambassadeur de la conscience » d’Amnesty International décerné à Nelson Mandela


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ACT 10/004/2006

Embargo : 19 septembre 2006 00h01 TU

(Dublin) Amnesty International a annoncé ce lundi 18 septembre que le Prix « Ambassadeur de la conscience », la plus haute distinction accordée par Amnesty International, serait remis à Nelson Mandela pour l’année 2006.

Seamus Heaney, lauréat du Prix Nobel de littérature, dont le poème De la république de la conscience a inspiré le nom du Prix « Ambassadeur de la conscience », a été le premier à féliciter Nelson Mandela.

« Avoir écrit en 1990 quelques vers à propos « d’espoir et d’histoire » qui riment avec Nelson Mandela est une chose, a déclaré Seamus Heaney. Voir l’homme qui a fait rimer ces mots accepter le Prix dont le nom s’inspire de mon poème est différent. »

Vaclav Havel, à qui avait été remis le premier Prix « Ambassadeur de la conscience » en 2003, s’est joint au concert de félicitations.

« Je suis convaincu que cette sage décision du jury d’Amnesty International permettra d’attirer davantage l’attention sur les actions menées en faveur du respect des droits humains à travers le monde. »

Le Prix sera remis à Nelson Mandela par Nadine Gordimer, auteure sud-africaine et Prix Nobel de littérature, dans la Maison Nelson Mandela à Johannesburg, en Afrique du sud, le 1er novembre 2006.

« Plus que toute autre personne vivante, Nelson Mandela est devenu le symbole de l’espoir et d’un certain idéal de vie publique , a déclaré Bill Shipsey, fondateur de Art for Amnesty, association d’artistes internationaux collectant des fonds pour Amnesty International, organisatrice de la cérémonie du Prix remis chaque année.

« Son exemple poignant et la façon dont il a su mener sa vie personnelle et politique depuis sa sortie de prison en février 1990 ont été une source d’inspiration pour des millions de personne à travers le monde. Il est devenu le symbole de ce que signifie vraiment être un citoyen du monde. »

Récemment, la prise de position déterminée de Nelson Mandela en faveur de millions de personnes atteintes du HIV/sida – dans l’Afrique sub-saharienne en particulier – et son insistance à faire de la question du sida une question des droits humains ont permis de remettre au premier plan le sort des personnes atteintes du virus du sida.

« Aujourd’hui, nous honorons la vie et à l’œuvre de Nelson Mandela et lui rendons hommage pour s’être consacré à la cause de la liberté et de la justice en Afrique du sud et à travers le monde, a déclaré Irene Khan, secrétaire générale d’Amnesty International. Nous reconnaissons cependant pleinement que c’est lui, en fait, qui fait à Amnesty International un grand honneur en acceptant ce Prix. »


Complément d’information

Le « Prix Ambassadeur de la conscience » rend hommage à une personnalité ayant démontré son engagement exceptionnel dans la protection et la promotion des droits humains.

La Prix dont le nom s’inspire d’un poème écrit pour Amnesty International par le lauréat du prix Nobel Seamus Heaney – vise à promouvoir l’action de l’organisation en l’associant à la vie et à l’œuvre exemplaires de ses « ambassadeurs » qui ont contribué à mobiliser l’opinion publique et à faire progresser l’humanité.

Nelson Mandela rejoint la liste des autres lauréats de cette distinction – notamment U2, Vaclav Havel et Mary Robinson, ancienne haut-commissaire aux droits de l’homme des Nations unies – tous « Ambassadeurs de la conscience » à travers le monde.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse