Le prix Martin Ennals 2007 est attribué à des défenseurs des droits humains du Sri Lanka et du Burundi


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

IOR 80/001/2007

Amnesty International, en tant que membre du jury du prix Martin Ennals pour les défenseurs des droits humains, annonce que les lauréats pour 2007 sont :

Rajan Hoole et Kopalasingham Sritharan.

Cofondateurs de l’antenne de Jaffna de Professeurs d’université pour les droits humains (UTHR), ils surveillent la situation des droits humains et rédigent régulièrement des rapports détaillés sur les atteintes aux droits humains commises tant par le gouvernement sri-lankais que par les Tigres libérateurs de l’Eelam tamoul (LTTE). Se mettant en danger personnellement, ils font état depuis dix-huit ans des répercussions du conflit armé sur les enfants, les femmes, les membres des minorités et les personnes déplacées. Depuis la dernière recrudescence des affrontements, l’UTHR a mené des enquêtes sans précédent sur les violences les plus graves : l’affaire des cinq étudiants de Trincomalee (2 janvier 2006) ; les homicides assimilables à des exécutions dont ont été victimes 17 travailleurs humanitaires à Muttur (5 août 2006) ; le bombardement de Mullaitivu où 51 jeunes femmes et jeunes filles ont trouvé la mort (14 août 2006). Souvent seuls à signaler les violences imputables à toutes les parties, ils ont été menacés de mort par les LTTE. L’assassinat de leur collègue Rajani Thiranagam contraint les deux hommes à travailler dans la clandestinité depuis plus de dix ans mais leurs rapports ont une large audience au Sri Lanka et à l’étranger ;

Pierre Claver Mbonimpa. Policier au Burundi jusqu’en décembre 1994, cet homme a passé deux ans en prison sur la base de fausses accusations. À sa sortie de prison, il a fondé une organisation non gouvernementale pour protéger les droits des prisonniers, dont 9 000 détenus qui attendent d’être jugés depuis des années dans les prisons surpeuplées du pays. Il a mené campagne sans relâche contre la torture et organisé des rencontres où des représentants de la police et de l’armée ont dû répondre aux questions que leur posaient publiquement des militants des droits humains et des victimes. Récemment encore, il s’est élevé contre l’arrestation de membres de la société civile et de journalistes, en dépit des risques. Dans ce pays fragile, où la guerre civile a fait des milliers de morts, Pierre Claver Mbonimpa est souvent salué comme la seule personne qui se mobilise en faveur des droits des Hutus, des Tutsis et des Batwas. Il n’hésite pas à dénoncer les violations des droits humains, y compris dans les médias.

Pour Hans Thoolen, président du jury du Prix Martin Ennals, les lauréats sont des « symboles du mouvement en faveur des droits humains dans leur pays respectif, où se mobiliser en faveur des droits humains et de la démocratie constitue une activité dangereuse ». Le président du jury attire l’attention sur le fait que les lauréats ont adopté comme principe de faire état des atteintes aux droits humains perpétrées par toutes les parties concernées. Les onze organisations du jury du Prix Martin Ennals appellent les gouvernements du Sri Lanka et du Burundi à veiller à la sécurité des lauréats et à leur permettre de mener leurs activités sans être harcelés. La cérémonie de remise du Prix Martin Ennals aura lieu à Genève en octobre.

Le Prix Martin Ennals est la principale récompense du mouvement en faveur des droits humains. Il est le fruit d’une collaboration sans équivalent entre onze des principales organisations de défense des humains pour protéger les défenseurs de ces droits dans le monde. Le jury est composé des organisations non gouvernementales suivantes : Amnesty International ; Human Rights Watch ; Human Rights First ; la Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme (FIDH) ; l’Organisation mondiale contre la Torture ; la Commission internationale de juristes (CIJ) ; Diakonie Allemagne ; le Service international pour les droits de l’homme (SIDH) ; Front Line ; International Alert et le Système d’information et de documentation sur les droits humains (HURIDOCS).


Anciens lauréats : Akbar Ganji, Iran, et Arnold Tsunga, Zimbabwe (2006) ; Aktham Naisse, Syrie ; Lida Youssoupova, Russie ; Alirio Uribe Muñoz, Colombie ; Jacqueline Moudeina, Tchad ; Brigades de paix internationales ; Immaculée Birhaheka, République démocratique du Congo ; Natasha Kandic, Yougoslavie ; Eyad El Sarraj, Autorité palestinienne ; Samuel Ruiz, Mexique ; Clement Nwankwo, Nigéria ; Asma Jahangir, Pakistan ; Harry Wu, Chine

Personnalités apportant leur soutien au Prix Martin Ennals : Asma Jahangir, Barbara Hendricks, Jose Ramos-Horta, Adama Dieng, Leandro Despouy, Robert Fulghum et Theo van Boven.

Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec : Luis Marreiros, coordonnateur, tél. : +41 22 809 49 25 ; marreiros@martinennalsaward.org, ou rendez-vous sur le site www.martinennalsaward.org