Le Soudan doit mettre fin à la violente répression exercée contre les manifestants

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ÉFAI -
7 décembre 2009

Amnesty International a fermement condamné la violente répression exercée par les forces de sécurité soudanaises contre les personnes qui ont participé à une manifestation à caractère politique à Khartoum lundi 7 décembre.

L’organisation a reçu des informations signalant que des manifestants arrêtés ont été torturés en détention. Plus de 200 personnes, y compris des dirigeants de l’opposition et des militants des droits humains, ont été arrêtées dans la matinée alors qu’elles se rassemblaient devant le Parlement.

« Voici encore une nouvelle illustration de la culture de la violence adoptée par le gouvernement soudanais, a déclaré Tawanda Hondora, directeur adjoint du programme Afrique d’Amnesty International.

« Nous exhortons le gouvernement à indiquer immédiatement les noms des personnes arrêtées ainsi que le lieu où elles se trouvent, et à inculper ces personnes d’une infraction prévue par la loi ou à les libérer sans délai.

« Il doit être mis fin dès maintenant à l’utilisation généralisée de la violence et de la torture contre les militants de l’opposition et des droits humains et contre les simples citoyens.

« Le gouvernement devrait respecter leur droit de se réunir et d’exprimer leurs opinions pacifiquement. Le Soudan traverse une période cruciale et toutes les parties en présence devraient s’abstenir de recourir à la violence, en particulier alors que se profilent les élections et le référendum. »

Les manifestants se sont rassemblés devant le Parlement très tôt dans la matinée, malgré l’interdiction de la manifestation décidée à la dernière minute par les autorités.

Les manifestants protestaient contre les retards pris dans l’adoption de lois considérées comme essentielles pour le référendum et les élections à venir.

L’année prochaine, en effet, pour la première fois depuis vingt-quatre ans, des élections présidentielle, législatives et régionales vont avoir lieu dans le pays.

Un référendum portant sur l’éventuelle sécession du Sud-Soudan doit par ailleurs se tenir en 2011. L’Accord de paix global signé en 2005 a mis fin à vingt-deux ans de guerre, au cours desquels 1,5 millions de personnes ont été tuées.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !