Le Soudan doit mettre fin à la violente répression exercée contre les manifestants

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ÉFAI -
7 décembre 2009

Amnesty International a fermement condamné la violente répression exercée par les forces de sécurité soudanaises contre les personnes qui ont participé à une manifestation à caractère politique à Khartoum lundi 7 décembre.

L’organisation a reçu des informations signalant que des manifestants arrêtés ont été torturés en détention. Plus de 200 personnes, y compris des dirigeants de l’opposition et des militants des droits humains, ont été arrêtées dans la matinée alors qu’elles se rassemblaient devant le Parlement.

« Voici encore une nouvelle illustration de la culture de la violence adoptée par le gouvernement soudanais, a déclaré Tawanda Hondora, directeur adjoint du programme Afrique d’Amnesty International.

« Nous exhortons le gouvernement à indiquer immédiatement les noms des personnes arrêtées ainsi que le lieu où elles se trouvent, et à inculper ces personnes d’une infraction prévue par la loi ou à les libérer sans délai.

« Il doit être mis fin dès maintenant à l’utilisation généralisée de la violence et de la torture contre les militants de l’opposition et des droits humains et contre les simples citoyens.

« Le gouvernement devrait respecter leur droit de se réunir et d’exprimer leurs opinions pacifiquement. Le Soudan traverse une période cruciale et toutes les parties en présence devraient s’abstenir de recourir à la violence, en particulier alors que se profilent les élections et le référendum. »

Les manifestants se sont rassemblés devant le Parlement très tôt dans la matinée, malgré l’interdiction de la manifestation décidée à la dernière minute par les autorités.

Les manifestants protestaient contre les retards pris dans l’adoption de lois considérées comme essentielles pour le référendum et les élections à venir.

L’année prochaine, en effet, pour la première fois depuis vingt-quatre ans, des élections présidentielle, législatives et régionales vont avoir lieu dans le pays.

Un référendum portant sur l’éventuelle sécession du Sud-Soudan doit par ailleurs se tenir en 2011. L’Accord de paix global signé en 2005 a mis fin à vingt-deux ans de guerre, au cours desquels 1,5 millions de personnes ont été tuées.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse