Le vote unanime du Conseil de sécurité représente un instant crucial pour la justice internationale

Communiqué de presse

27 février 2011

La saisine, samedi 26 février, de la Cour pénale internationale par le Conseil de sécurité des Nations unies au sujet de la Libye marque un instant historique dans la lutte contre l’impunité pour des crimes de droit international, a déclaré Amnesty International.

Le vote du Conseil de sécurité est intervenu après l’appel lancé par la délégation de la Libye auprès des Nations unies lorsqu’elle a annoncé qu’elle ne représentait plus le colonel Kadhafi.

« Ce vote instaure un précédent historique et encourageant, a déclaré Steve Crawshaw, directeur de programme à Amnesty International. Les responsables libyens et tous les autres hauts dirigeants susceptibles de commettre des crimes de droit international sauront désormais qu’ils seront amenés à rendre des comptes. »

« Pour le peuple libyen, cette décision est le signe que la communauté internationale ne détournera pas les yeux des atteintes aux droits humains dont il continue de souffrir. »

Amnesty International a exhorté le Conseil des droits de l’homme, la Ligue arabe et l’Union africaine, qui ont tous annoncé l’envoi de missions d’enquête en Libye, à mener à bien ces investigations dans les plus brefs délais et à en transmettre dès que possible les conclusions au procureur de la Cour pénale internationale.

Amnesty International a également appelé le Conseil de sécurité à envisager de prendre des décisions similaires pour d’autres pays.


« Le Conseil de sécurité doit poursuivre sur la lancée de la décision forte prise hier par ses membres. Il doit s’occuper d’autres parties du monde dont les médias parlent moins mais où la situation n’en est pas moins grave »
, a déclaré Steve Crawshaw.

Ce vote fait suite à la vive condamnation par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève, vendredi 25 février, des atteintes aux droits humains commises en Libye et à l’annonce selon laquelle des mesures allaient être prises pour garantir que les responsables seraient tenus de rendre des comptes.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées