Communiqué de presse

Les autorités américaines doivent améliorer les conditions de détention de Leonard Peltier

Amnesty International a écrit au directeur du pénitencier fédéral de Lewisburg, Monsieur Bledsoe, pour lui faire part de son inquiétude à la suite des informations indiquant que Leonard Peltier a été placé à l’isolement, une mesure disciplinaire qui pourrait durer pendant six mois.

Selon certaines sources, ce détenu a été déplacé fin juin à la suite de deux infractions mineures, dont l’une liée au fait qu’il aurait trafiqué les fils de l’éclairage de sa cellule, une accusation qu’il dément avec véhémence. Il serait enfermé dans sa cellule presque toute la journée.

Amnesty International craint que Leonard Peltier n’ait été injustement puni pour une infraction qu’il n’a pas commise et que l’enfermement prolongé dans une cellule accompagné d’un manque d’exercice et d’autres privations ne nuise à sa santé, notamment au vu de son mauvais état de santé physique et des problèmes médicaux dont il souffre.

L’organisation a exhorté Monsieur Bledsoe à revenir sur son placement à l’isolement et à veiller à ce qu’il puisse contester de manière équitable les accusations portées contre lui. Elle lui a également demandé de ne pas enfermer Leonard Peltier dans des conditions qui pourraient nuire à sa santé et de lui permettre de recevoir tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin.

Enfin, Amnesty International a engagé Monsieur Bledsoe a réexaminer les conditions de détention de tous les prisonniers placés à l’isolement, après avoir appris que rien n’est fait pour les soulager de la chaleur et qu’ils dorment par terre la nuit pour avoir un peu de répit face aux températures très élevées, qui auraient récemment atteint 38 °C dans la région.

Complément d’information

Leonard Peltier, membre bien connu du Mouvement indien d’Amérique (AIM), a été déclaré coupable du meurtre de deux agents du Bureau fédéral d’enquêtes (FBI) tués en 1975 au cours d’un affrontement dans la réserve indienne de Pine Ridge (Dakota du Sud) dans lequel étaient impliqués des membres de l’AIM. Bien qu’il ait toujours nié avoir tiré sur ces agents, il a été condamné à deux peines de réclusion à perpétuité en 1977. Amnesty International continue d’avoir des doutes quant à l’équité de la procédure qui a abouti à sa condamnation.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.