Les prises d’otage de l’ELN bafouent les droits fondamentaux

Le mouvement de guérilla Armée de libération nationale (ELN) doit libérer immédiatement et sans condition les deux journalistes et le cameraman qui sont apparemment retenus en otages, et veiller à ce que ces trois personnes soient à tout moment traitées avec humanité, a déclaré Amnesty International le 27 mai.

La journaliste hispano-colombienne Salud Hernández-Mora a été vue pour la dernière fois dans la région de Catatumbo, dans le nord du pays, le 21 mai ; le journaliste Diego D’Pablos et le cameraman Carlos Melo, tous deux colombiens, ont disparu deux jours après alors qu’ils se trouvaient dans la même région.

Il s’agit manifestement d’une violation du droit international humanitaire et cela risque de saper les récentes initiatives visant à entamer des négociations de paix avec l’ELN, qui représente le deuxième mouvement de guérilla le plus important en Colombie.

Les autorités colombiennes doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour déterminer où se trouvent ces trois personnes, et pour assurer leur libération sans les mettre en danger.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.