Communiqué de presse

Les réfugiés sont confrontés au chaos et à des conditions éprouvantes à la frontière entre la Serbie et la Hongrie

La Hongrie doit fournir de toute urgence aux réfugiés et migrants franchissant la frontière serbo-hongroise des conditions d’accueil plus humaines, des moyens de transport ainsi que des éclaircissements sur les lieux où on les envoie, a déclaré Amnesty International. D’autres personnes vont forcément arriver et la situation pourrait s’aggraver.

« Si l’Europe s’est réjouie des images heureuses en provenance d’Autriche et d’Allemagne vendredi 4 septembre, l’accueil réservé aux réfugiés franchissant la frontière hongroise en ce moment même est tout autre : des policiers antiémeutes et le sol froid et dur pour tout matelas », a déclaré Barbora Cernusakova, spécialiste de la Hongrie à Amnesty International.

« L’absence de réaction de l’Europe est consternante, mais la Hongrie a le devoir d’offrir des conditions décentes aux personnes qui arrivent. Son approche hostile ne dissuade pas les gens de venir, elle ne fait que prolonger et exacerber l’épreuve qu’ils traversent. »

Quelque 2 000 hommes, femmes et enfants, pour beaucoup originaires de Syrie et d’Afghanistan, sont arrivés à la ville frontalière hongroise de Röszke samedi 5 septembre, en provenance de la Serbie, et de nombreux autres devraient continuer à affluer dans les jours à venir. Des représentants d’Amnesty International ont vu environ 500 personnes, parmi lesquelles de nombreux enfants, finir par dormir dehors par une nuit froide et pluvieuse à côté du point de transit frontalier, où nourriture et abris étaient presque inexistants.

Des policiers hongrois ont déclaré à Amnesty International que le centre d’accueil de Röszke affichait complet, et qu’ils ne savent pas quand ni si des bus viendront chercher les réfugiés pour les emmener ailleurs. Les réfugiés commencent à se masser devant les portes du centre.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.