Liban. Amnesty International condamne l’assassinat du parlementaire Saleh Aridi

DÉCLARATION PUBLIQUE

Index AI : MDE 18/005/2008 -
ÉFAI

Amnesty International condamne l’assassinat du parlementaire libanais Saleh Aridi commis ce mercredi 10 septembre 2008. Selon certaines informations, il a trouvé la mort dans un attentat à la voiture piégée dans son village de Baysur, au sud-est de Beyrouth. Plusieurs personnes ont également été blessées dans l’explosion.

Amnesty International condamne les attaques délibérées contre des civils et demande qu’elles fassent l’objet d’enquêtes approfondies menées dans les meilleurs délais et que les responsables présumés soient traduits en justice dans le respect des normes internationales d’équité des procès.

Saleh Aridi, âgé d’une cinquantaine d’années, était un haut responsable du Parti démocratique libanais, qui s’appuie principalement sur la communauté druze libanaise et est dirigé par Talal Arslane, ministre du gouvernement. Le Parti démocratique libanais est membre de l’Alliance du 8 mars, coalition de partis politiques considérée comme prosyrienne.

Cet assassinat est le dernier d’une série d’attentats contre des députés et des journalistes libanais depuis octobre 2004, mais le premier ciblant une personnalité de l’opposition prosyrienne. C’est aussi la première attaque de ce genre commise depuis la signature de l’accord de Doha en mai 2008, qui a réuni l’Alliance du 8 mars et l’Alliance du 14 mars, ancienne coalition au pouvoir considérée comme antisyrienne, au sein d’un gouvernement d’unité nationale.

FIN

Toutes les infos

Infos liées

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition