Liban/Israël.Liban/Israël. Un million huit cent mille personnes écrivent au gouvernement israélien.

Amnesty International demande aux membres et sympathisants de l’organisation, un million huit cent mille personnes, d’écrire au gouvernement israélien pour lui demander de laisser les civils pris au piège des combats quitter le sud du Liban en toute sécurité


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

MDE 02/013/2006 (

Liban/Israël. Amnesty International demande aux membres et sympathisants de l’organisation, un million huit cent mille personnes, d’écrire au gouvernement israélien pour lui demander de laisser les civils pris au piège des combats quitter le sud du Liban en toute sécurité

Amnesty International a lancé une « Action urgente », demandant à ses membres et sympathisants à travers le monde, un million huit cent mille personnes, d’écrire au ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, pour le prier de prendre des mesures urgentes visant à permettre aux civils de quitter le sud du Liban en toute sécurité.

Le bombardement par Israël des routes, des ponts, des émetteurs de télécommunication, des réseaux électriques et des dépôts de carburant dans tout le sud du Liban a contraint des dizaines de milliers de civils à fuir leur domicile. Toutefois, plusieurs milliers de personnes n’ont pas pu partir et se retrouvent aujourd’hui bloquées dans la région.

« Le sort des civils au sud du Liban a atteint son point de crise. Les civils qui souhaitent partir doivent être évacués immédiatement et une aide et des secours d’urgence doivent absolument être acheminés au plus vite vers les villages du sud du Liban, a déclaré Kate Gilmore, secrétaire générale adjointe exécutive d’Amnesty International.

« Les autorités israéliennes doivent immédiatement permettre aux organisations humanitaires de pénétrer dans le sud du Liban et d’en sortir en toute sécurité. Il est absolument honteux que des convois humanitaires tentant d’apporter une aide qui fait cruellement défaut ne puissent le faire en toute sécurité. »

Depuis une semaine au moins, ni le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ni aucune autre organisation humanitaire ou de secours n’a pu atteindre les villages assiégés par l’armée israélienne. Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires des Nations unies, Jan Egeland, a critiqué jeudi 10 août Israël et le Hezbollah qui bloquent tout accès aux quelque 120 000 personnes se trouvant encore au Liban, affirmant que c’était “une honte”.

Les délégués d’Amnesty International qui se sont rendus dans un grand nombre de villages en début de semaine ont indiqué que dans au moins deux d’entre eux, à Aitatoun et Bint Jbail, plus de 200 personnes étaient bloquées, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées et/ou invalides. Amnesty International sait que parmi elles figure au moins une femme enceinte.

Les délégués d’Amnesty International ont décrit l’odeur insupportable qui se dégage des cadavres en décomposition et envahit les villages, de nombreux corps se trouvant toujours ensevelis sous les décombres des maisons qui se sont effondrées sur leurs habitants ; ce sont souvent les chiens errants qui signalent l’emplacement des corps.

« Cette situation humanitaire dramatique n’est pas limitée aux villages dans lesquels nos délégués ont pu se rendre, la situation désespérée dans laquelle se trouvent les personnes prises au piège des combats est très probablement la même dans tous les villages du sud du Liban, selon Kate Gilmore.

“Les appels répétés d’Israël demandant aux résidents d’évacuer les villages ont provoqué un déplacement interne massif de population. Le simple fait de lancer des avertissements n’excuse pas le non-respect des règles de la guerre », a déclaré Kate Gilmore.

Amnesty International a appelé Israël à respecter la distinction, protégée en droit, entre objectifs militaires et biens de caractère civil. Israël doit faire cesser immédiatement les attaques ciblant des civils ainsi que des infrastructures et des biens civils, tels que des bâtiments résidentiels et des installations médicales, de façon délibérée, disproportionnée et aveugle au Liban.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse