Des personnes arrêtées de manière arbitraire

Les autorités sud-soudanaises doivent libérer toutes les personnes détenues sans inculpation, dont 28 hommes actuellement détenus au quartier général de l’agence nationale de renseignements à Djouba, la capitale, a déclaré mardi 28 mars le Secrétaire général d’Amnesty International dans une lettre ouverte au président Salva Kiir.

Cette demande intervient suite à l’engagement pris publiquement par le président de libérer tous les prisonniers politiques.

« Depuis le début du conflit il y a plus de trois ans, des centaines de personnes, des hommes pour la plupart, ont été arrêtées sans inculpation par des agents de sécurité et détenues dans des conditions assimilables à de la torture durant de longues périodes. D’autres ont disparu sans laisser de traces aux mains du Service national de la sûreté et des agents des renseignements militaires », a déclaré Salil Shetty.

« Si l’engagement du président Kiir doit effectivement être salué, nous l’appelons toutefois à aller plus loin et à ordonner l’ouverture d’une enquête exhaustive sur les pratiques des agences de sécurité du gouvernement en matière de détention arbitraire, de disparitions forcées, de morts en détention, de torture et d’autres mauvais traitements. »

Au moins 20 hommes sont morts en détention dans trois centres de détention différents à Djouba entre février 2014 et décembre 2016.

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !