LITUANIE. La présidente lituanienne doit apporter son soutien à la Baltic Pride 2010

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Index AI : PRE01/147/2010

ÉFAI- 4 mai 2010

Amnesty International a demandé à la présidente lituanienne Dalia Grybauskait ? de veiller à ce que la Baltic Pride 2010 (Marche des fiertés des pays baltes) puisse avoir lieu samedi 8 mai, en dépit d’une nouvelle tentative visant à l’interdire.

Un tribunal de Vilnius doit statuer le 5 mai sur une requête introduite par le procureur général par intérim de la Lituanie demandant l’interdiction de cette manifestation au motif qu’elle constituerait une menace pour l’ordre public.

La marche est organisée pour la première fois en Lituanie afin de soutenir les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres et il est fort probable que des contre-manifestants vont se rassembler.

« Si l’ordre public est menacé le jour de la marche, ce ne sera pas le fait des manifestants, a déclaré John Dalhuisen, chercheur spécialiste de la discrimination en Europe à Amnesty International.

« Les autorités sont tenues au titre du droit international et du droit lituanien de garantir les droits à la liberté d’expression et de réunion de tous les citoyens. Elles doivent régler la menace qui pèse sur le défilé, et non interdire la manifestation. »

En mars 2010, plus de 50 parlementaires lituaniens ont tenté de faire interdire la Marche des fiertés des pays baltes, faisant valoir qu’elle violerait la Loi relative à la protection des mineurs contre les effets préjudiciables de l’information publique, texte controversé qui est entré en vigueur en début d’année.

La police de Vilnius a informé les organisateurs que des mesures seraient mises en place afin de rendre négligeable le risque de voir les actions des contre-manifestants troubler l’ordre public.

« La Marche des fiertés des pays baltes représente un tournant important pour les droits des lesbiennes et des gays en Lituanie, a indiqué John Dalhuisen.

« Elle reçoit le soutien de militants des deux autres États baltes, la Lettonie et l’Estonie, ainsi que d’organisations internationales telles qu’Amnesty International.

« Interdire cette marche ou s’abstenir d’assurer la sécurité de ses participants reviendrait à adresser à tous les Lituaniens, et au reste du monde, le message selon lequel le respect des droits humains s’opère de manière sélective en Lituanie. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.