Malaisie. Avocats et juges sont confrontés à des actes d’intimidation dans l’affaire à propos de l’usage du nom d’« Allah »

Déclaration publique

ÉFAI-15 janvier 2010

Le gouvernement malaisien doit protéger les juges et les avocats contre tout acte d’intimidation dans l’exercice de leurs fonctions dans l’affaire à propos de l’usage du mot « Allah » par The Herald, journal de l’Église catholique de Malaisie.

Le 14 janvier, Derek Fernandez, avocat du Herald, a signalé que son bureau avait été saccagé la nuit précédente. Selon lui, l’effraction était un « travail de professionnel » ; les malfaiteurs avaient utilisé des outils spéciaux pour pénétrer dans les lieux, recouvert d’un cache une caméra de surveillance, mais n’avaient emporté que peu d’objets de valeur (à l’exception d’un ordinateur portable). Dans une interview à la chaîne de télévision Malaysiakini, Derek Fernandez a déclaré : « De toute évidence, l’intention est d’intimider... Nous ne faisons que faire notre travail. »

L’attaque contre le cabinet d’avocats s’inscrit dans le cadre d’une série d’attaques quasi quotidiennes contre des lieux de culte non-musulmans après la décision rendue par la Haute Cour dans cette affaire. Le 31 décembre, le juge Datuk Lau Bee Lan a statué que l’interdiction faite par le gouvernement aux non-musulmans d’utiliser le nom d’« Allah » dans leurs publications bafouait un certain nombre de droits constitutionnels, notamment la liberté d’expression et la liberté de pratiquer sa religion.

Depuis, au moins dix églises chrétiennes et un gurdwara (lieu de prières) sikh ont été profanés ou saccagés. Le gouvernement doit protéger la liberté de religion et veiller à ce que chacun puisse pratiquer sa religion sans avoir à craindre d’acte d’intimidation. Il doit également veiller à ce que les lieux de culte soient préservés et protégés.

Dans le même temps, les magistrats malaisiens ont été la cible de menaces de violence en lien avec la décision de la Haute Cour. Le 7 janvier, des pirates informatiques ont modifié la page d’accueil du site de la magistrature. Selon des articles parus dans la presse malaisienne, les pirates ont mis en ligne des messages qui disaient « Allah est réservé aux seuls musulmans » et « Si vous cherchez la provocation en vous attaquant à nous, vous mourrez comme les autres. »

Le gouvernement malaisien doit prendre des mesures décisives pour protéger les avocats et les juges de tout acte d’intimidation dans l’affaire du Herald. Les autorités ont le devoir de veiller à la sécurité physique des avocats et des juges traitant ce dossier, notamment en ouvrant des enquêtes et, lorsque cela est nécessaire, en engageant des poursuites.

Amnesty International a également exprimé son inquiétude après la déclaration faite le 12 janvier par le ministère de l’Intérieur qui a affirmé qu’il pourrait avoir recours à la Loi relative à la sécurité intérieure (ISA) pour répondre aux attaques liées à l’affaire du Herald. La Loi relative à la sécurité intérieure permet la mise en détention de personnes pour une durée indéterminée sans inculpation ni jugement et a été utilisée pour maintenir en détention des prisonniers d’opinion. Toute personne soupçonnée doit être jugée conformément au code pénal lors d’un procès équitable respectant les normes du droit international.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.