MALAISIE : Encore deux prisonniers d’opinion remis en liberté, mais davantage reste à faire

Index AI : ASA 28/018/2003

Jeudi 12 juin 2003

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Deux nouveaux militants, emprisonnés au titre de la Loi relative à la
sécurité intérieure (ISA, Internal Security Act), ont été remis en liberté
en Malaisie. Badrulamin Bahron et Lokman Noor Adam sont sortis ce jeudi 12
juin 2003 du centre de détention de Kamunting à l’expiration des ordonnances
de mise en détention de deux ans les concernant.

« Il s’agit indubitablement d’un pas dans la bonne direction de la part du
gouvernement ; ce sera un immense soulagement pour leurs familles et leurs
amis qui ont courageusement supporté deux années inutilement passées loin de
la présence de leurs êtres chers. Cependant, si ce geste du gouvernement
reste bienvenu, le fait est que ce dernier doit se pencher sur le problème
des centaines de personnes actuellement détenues sans avoir été formellement
inculpées ni jugées au titre de la Loi relative à la sécurité intérieure et
d’une législation très restrictive », a déclaré Amnesty International.

L’organisation continue d’appeler à une réforme ou à l’abrogation de la Loi
relative à la sécurité intérieure afin de mettre le pays en conformité avec
les engagements internationaux en matière de droits humains, notamment en ce
qui concerne le droit à la liberté d’expression, d’association et de réunion
pacifiques et le droit à un procès équitable et public.

Baldrulamin Bahron a été libéré ce matin. Lokman Noor Adam a, dans un
premier temps, été transféré dans un poste de police local avant d’être
remis en liberté sous caution cet après-midi par le tribunal d’instance de
Kuala Lumpur, un autre chef d’inculpation pesant contre lui, lié à sa
participation à des rassemblements illégaux. Baldrulamin Bahron et Lokman
Noor Adam s’ajoutent ainsi aux quatre autres personnes détenues au titre de
la Loi relative à la sécurité intérieure qui avaient été remises en liberté
en début de mois. Saari Sungib, Tian Chua, Hishamuddin Rais et Mohd Ezam
Mohd Nor ont retrouvé la liberté à l’expiration des ordonnances de mise en
détention les concernant le 1er juin.

Amnesty International reste préoccupée par le fait que, bien que ces six
personnes ne soient plus détenues au titre de la Loi relative à la sécurité
intérieure, d’autres chefs d’accusation pèsent sur elles, liés à d’autres
lois. À l’issue de leur incarcération au titre de la Loi relative à la
sécurité intérieure, Tian Chua, Hishamuddin Rais, Mohd Ezam Mohd Nor et
Lokman Noor Adam, ont tous quatre été brièvement maintenus en détention dans
l’attente de leur mise en liberté sous caution pour des charges pesant
contre eux au titre d’autres lois.

« Accumuler les chefs d’inculpation en moyen de lois répressives est devenu
un moyen de faire taire les dissidents et constitue une grave violation des
droits humains », a déclaré Amnesty International.

Complément d’information

En avril 2001, dix militants reformasi (en faveur de réformes politiques et
sociales) ont été arrêtés au titre de la Loi relative à la sécurité
intérieure alors qu’ils organisaient une manifestation destinée à marquer le
deuxième anniversaire de la condamnation d’Anwar Ibrahim, ancien
vice-Premier ministre ; celui-ci a été condamné à quinze ans de prison sur
la base d’accusations hautement politiques lors d’un procès inéquitable. Ces
dix militants ont été interpellés pour avoir projeté de renverser le
gouvernement par la violence. Aucune preuve n’a été présentée pour étayer
ces accusations et aucun des dix n’a été jugé pour cela.

Une ordonnance de mise en détention pour deux ans au titre de la Loi
relative à la sécurité intérieure a été prononcée à l’égard de six des dix
détenus en juin 2001.

La Loi relative à la sécurité intérieure a été condamnée au niveau
international ; elle permet de maintenir une personne en détention pour une
durée indéterminée sans jugement ni inculpation ; elle est également
utilisée pour empêcher des personnes d’exprimer pacifiquement leurs
convictions politiques ou religieuses.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.