Malawi. Il faut libérer deux hommes devant être jugés pour « outrage aux bonnes mœurs »

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ÉFAI - 22 mars 2010

Amnesty International demande aux autorités du Malawi de libérer immédiatement et sans condition deux hommes, alors qu’un juge a statué ce lundi 22 mars 2010 qu’ils comparaîtraient devant les tribunaux en avril sous l’inculpation d’« outrage aux bonnes mœurs ».

Steven Monjeza et Tiwonge Chimbalanga sont incarcérés à la prison de Chichiri à Blantyre, depuis qu’ils ont été appréhendés par la police le 28 décembre 2009, deux jours après leur cérémonie de fiançailles organisée dans la communauté urbaine de Chirimba, dans le sud de la ville. Ils se sont vus refuser à plusieurs reprises leur demande de mise en liberté sous caution.

« Le procès de ces deux hommes, uniquement en raison de leur orientation sexuelle réelle ou présumée, constitue une violation flagrante de leurs droits à la liberté de conscience et d’expression, ainsi que de leur droit la vie privée », a déclaré Véronique Aubert, directrice adjointe du Programme Afrique d’Amnesty International.

Ils auraient été battus par les policiers lors de leur détention et Tiwonge Chimbalanga a subi des examens anaux forcés visant à établir si les deux hommes avaient « consommé » leur union.

Incarcérés uniquement pour avoir eu des relations sexuelles entre adultes consentants en privé, ils ont été adoptés en tant que prisonniers d’opinion par Amnesty International qui, le 6 janvier 2010, a demandé leur libération immédiate et sans condition.

Les lois érigeant en infractions l’homosexualité et l’identité de genre sont prohibées par les traités ratifiés par le Malawi, notamment par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PICDP) et la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples.

En vertu de ces traités, le Malawi est légalement tenu de respecter et de protéger les droits à la liberté de conscience et d’expression, ainsi que le droit à la vie privée, et d’éradiquer la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle réelle ou présumée.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse