Malawi, interdire les relations sexuelles entre personnes de même sexe bafoue les droits humains

La Cour constitutionnelle de Malawi vient de confirmer l’interdiction des relations sexuelles entre adultes consentants de même sexe

« La décision de la Cour de maintenir ces dispositions discriminatoires dans la législation est une régression pour les droits humains au Malawi, a déclaré Khanyo Farise, directrice régionale adjointe pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe à Amnesty International, a déclaré Khanyo Farise, directrice régionale adjointe pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe à Amnesty International.

« Ce jugement va manifestement à l’encontre de la Constitution du pays, de la Charte africaine et du droit international relatif aux droits humains, qui interdisent tous clairement la discrimination. Il fait également du Malawi une figure d’exception en Afrique australe, où la plupart des pays ont dépénalisé les relations sexuelles librement consenties entre personnes de même sexe.

« Nous demandons également que les autorités garantissent leur sécurité face aux menaces de violence »

« Le refus de la Cour d’annuler ces dispositions signifie que les personnes LGBTI vivant au Malawi continueront de subir des discriminations et des persécutions simplement en raison de qui elles aiment. Mais surtout, ce jugement entraîne le maintien des obstacles à l’accès aux services de santé et à d’autres prestations sociales pour les personnes LGBTI.

« Amnesty International soutient toutes les personnes LGBTI au Malawi, qui méritent le droit de vivre leur vie dans la dignité et avec humanité. Nous demandons également que les autorités garantissent leur sécurité face aux menaces de violence. »

Complément d’information

En février 2022, avec l’aide de Nyasa Rainbow Alliance, une organisation LGBTI du Malawi, une femme transgenre, Jana Gonani, a contesté en justice la constitutionnalité d’une des lois du pays interdisant les relations sexuelles librement consenties entre personnes de même sexe.

La police a arrêté cette femme en septembre 2021 à la suite d’une altercation à Mangochi, une ville du Malawi. Un policier l’a soumise à un examen des organes génitaux, placée en détention dans une cellule pour hommes et envoyée dans un hôpital au prétexte de confirmer son état psychologique, simplement en raison de son identité transgenre.

Le 23 décembre 2021, le tribunal de première instance de Mangochi l’a condamnée au titre d’une loi datant de l’époque coloniale. Elle purge actuellement une peine de huit ans d’emprisonnement à la prison de Blantyre, l’un des établissements pénitentiaires pour hommes les plus surpeuplés du Malawi.

La Cour constitutionnelle a joint le recours de Jana Gonani à une autre procédure contestant les trois lois du Malawi datant de l’époque coloniale qui interdisent les relations sexuelles entre personnes de même sexe.

Au cours des mois qui ont précédé le jugement de cette instance, le Malawi a été le théâtre d’une mobilisation anti-LGBTI menée par des responsables religieux. Nyasa Rainbow Alliance a été la cible de violences et de menaces physiques, y compris d’une intrusion d’individus non identifiés dans ses locaux en juin 2023.

Toutes les infos
Toutes les actions

L’avortement est un droit. Parlementaires, changez la loi !

L’avortement est un droit humain et un soin de santé essentiel pour toute personne pouvant être enceinte. Ceci sonne comme une évidence ? Et bien, ce n’est pourtant pas encore une réalité en (…)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit