Mali : Après l’attaque meurtrière, il faut protéger les civils

  • Le massacre n’a épargné ni des femmes ni des enfants
  • Il faut ouvrir une enquête pour faire la lumière sur les faits
  • La lutte contre l’impunité doit être au cœur du processus d’apaisement de la situation

Le Forum régional africain d’Amnesty international, réuni à Dakar les 23 et 24 mars 2019, condamne fermement l’attaque meurtrière perpétrée samedi par, selon les autorités, des éléments armés non encore identifiés, contre le village peul d’Ogassagou au centre du Mali. Plus de 130 personnes ont été tuées, dont des femmes et des enfants, et de nombreuses autres blessées.

Le Forum régional appelle les autorités maliennes à mettre immédiatement en place une commission d’enquête pour faire toute la lumière sur les faits et faire juger les responsables de ce massacre.

Depuis plus d’un an, le centre du Mali connait des violences meurtrières. Le Forum rappelle aux autorités et à la Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) l’impératif de protection des populations, et insiste pour que la lutte contre l’impunité des graves violations des droits humains soit au cœur du processus d’apaisement de la situation dans le pays.

Complément d’information

Le Forum régional réunit les directeurs et présidents des sections africaines et des bureaux régionaux d’Amnesty international en Afrique.

Toutes les infos

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !