Manifestation pour Raif Badawi et les autres prisonniers d’opinion saoudiens

Le lundi 9 janvier prochain marquera le 2e anniversaire de la première séance de flagellations subie par Raif Badawi, blogueur et prisonnier d’opinion saoudien, mais aussi défenseur des droits humains emprisonné pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression, d’association et de réunion. Son cas mobilise l’opinion publique internationale depuis de nombreux mois.

Le cas de Raif Badawi
Il a été condamné le 7 mai 2014 par le tribunal pénal de Djedda à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet, assorti d’une interdiction de voyager pendant 10 ans à l’issue de sa peine, d’une interdiction d’utiliser les médias et d’une amende de 1 million de riyals saoudiens (environ 226.000 euros). Raif Badawi a été inculpé pour la création d’un site internet « Libérez les libéraux saoudiens » et pour avoir prétendument insulté l’Islam.

Le 9 janvier 2015, le blogueur a été flagellé pour la première fois après la prière, en public, devant la mosquée d’AI Jafali à Djedda. À partir de ce moment-là, Raif était supposé recevoir des coups de fouet tous les vendredis suivants. Un mouvement international de contestation de cette sentence cruelle, mené par Amnesty International, a cependant permis de faire pression sur le gouvernement saoudien. La flagellation a été reportée systématiquement pour des raisons de santé et par la suite pour des raisons inconnues à ce jour. Cependant, la sentence n’est pas annulée et Raif est toujours en danger.
La flagellation constitue une violation de l’interdiction absolue de la torture et des autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, inscrite dans le droit international.

Mais Raif Badawi n’est pas le seul prisonnier d’opinion en Arabie Saoudite. Depuis sa prison, il a livré le message suivant : « Mon cas n’est pas un cas individuel, il s’agit d’un cas touchant à la liberté d’expression et de religion, donc s’il vous plaît, vous tous qui êtes derrière moi, soutenez aussi les autres prisonniers d’opinions en Arabie Saoudite, indépendamment de leur opinion ou de votre accord avec celles-ci  ».

...et de tous les autres prisonniers d’opinion en Arabie saoudite

En effet, les défenseurs des droits humains incluant des avocats, des professeurs engagés, ainsi que des journalistes, sont nombreux à se retrouver derrières les barreaux pour avoir mener des activités jugées subversives ou terroristes par les autorités. Ils se retrouvent parfois emprisonnés sans inculpation ni jugement. Les exécutions sont de plus en courante dans le pays. Ces militants sont continuellement pourchassés et subissent des mauvais traitements de la part des forces de sécurité en toute impunité.

Le 9 janvier 2017, mobilisez-vous et retrouvez-nous devant l’ambassade de l’Arabie saoudite à 18h00 pour une action visant à rappeler aux autorités saoudiennes qu’Amnesty International continue de suivre la situation des droits humains dans le pays et les cas des différents prisonniers d’opinion dont fait partie Raif Badawi. Qu’on se le tienne pour dit : Amnesty’s watching you !

Informations pratiques
Quoi : Une manifestation statique pour Raif Badawi et tous les autres prisonniers d’opinion en Arabie Saoudite.
Quand : le lundi 9 janvier 2017, à partir de 18h.
 : Devant l’ambassade de l’Arabie saoudite à Bruxelles
Avenue Roosevelt 45
1050 Bruxelles
Comment : amenez de quoi faire du bruit ! (casseroles, instruments de musique ...)