Maroc, Ouverture du procès d’un journaliste pris pour cible par les autorités

Maroc Omar Radi

Le procès du journaliste marocain Omar Radi, qui est en détention provisoire illégale depuis neuf mois, s’ouvre le 6 avril 2021 dans un contexte de graves inquiétudes quant à l’équité des procédures. Amnesty International appelle les autorités marocaines à libérer Omar Radi de détention provisoire, à abandonner toutes les accusations portées contre lui en raison de son travail de journaliste et à veiller à ce que toutes les parties bénéficient d’un procès équitable.

« Rien ne justifie la détention provisoire d’Omar Radi depuis neuf mois et nous demandons sa libération. Omar Radi est depuis des années victime d’un harcèlement judiciaire des autorités en raison de son courageux travail de journaliste et ce procès est la dernière tentative de le réduire au silence », a déclaré Amna Guellali, directrice régionale adjointe pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient à Amnesty International.

Le journaliste indépendant Omar Radi est connu pour avoir critiqué bilan du Maroc en matière de droits humains et pour avoir dénoncé la corruption. Il a souvent été la cible du harcèlement judiciaire des autorités en raison de son journalisme et de son militantisme. En mars 2020, il a été condamné à une peine de quatre mois de prison avec sursis pour un tweet publié l’année précédente critiquant un juge pour le procès et l’emprisonnement iniques de militants du mouvement Hirak El-Rif.

En juin 2020, Amnesty International a publié un rapport révélant que le téléphone d’Omar Radi avait été la cible d’une surveillance par le logiciel espion de l’entreprise NSO Group dont seules les autorités marocaines pourraient avoir été à l’origine. Le rapport a bénéficié d’une vaste couverture médiatique et les autorités ont nié toute surveillance illégale tout en affirmant qu’Omar Radi était impliqué dans des faits d’espionnage.

Deux jours après la publication du rapport, la police judiciaire de Casablanca a convoqué Omar Radi le 24 juin pour l’interroger pour la première fois. Il a par la suite été convoqué à au moins huit autres reprises et interrogé à chaque fois pendant plusieurs heures, dans un premier temps uniquement pour des accusations portant sur des soupçons concernant des fonds étrangers liés à des organisations de renseignement. Des accusations de viol sont intervenues à la suite d’une plainte déposée par une collègue du site d’actualités d’Omar Radi, Le Desk, qui l’accusait de l’avoir agressée dans la nuit du 12 juillet 2020.

Le 29 juillet 2020, le bureau du procureur près la cour d’appel de Casablanca a porté plusieurs accusations contre Omar Radi, notamment pour espionnage en raison de son travail de journaliste et des recherches qu’il a menées pour des ONG internationales, ainsi que pour viol et agression sexuelle, des accusations qu’Omar Radi a vivement démenties. Il a été placé en détention à la prison d’Oukacha ce même jour.

Les allégations de violences sexuelles doivent toujours être prises au sérieux et faire l’objet d’une enquête exhaustive. Cependant, ces dernières années plusieurs accusations d’infractions sexuelles ont été portées contre des détracteurs du gouvernement marocain, notamment des journalistes indépendants et des militant·e·s.

« Rien ne justifie la détention provisoire d’Omar Radi depuis neuf mois et nous demandons sa libération. Omar Radi est depuis des années victime d’un harcèlement judiciaire des autorités en raison de son courageux travail de journaliste et ce procès est la dernière tentative de le réduire au silence »

En 2015, les autorités ont poursuivi en justice [1] Hicham Mansouri, journaliste et cofondateur de l’Association marocaine pour le journalisme d’investigation, pour « adultère » et « exploitation sexuelle ». Il a passé 10 moins en prison avant d’être libéré et de décider s’exiler en France.

En 2019, une cour d’appel marocaine a condamné Taoufik Bouachrine, le rédacteur en chef d’Akhbar al Yaoum, l’un des derniers journaux d’opposition du pays, à 15 ans d’emprisonnement pour des agressions sexuelles contre plusieurs femmes. Dans son avis sur ce cas, le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a conclu [2] que ce procès était entaché par des violations des garanties d’une procédure régulière et a considéré que la détention arbitraire de Taoufik Bouachrine faisait partie d’un « un harcèlement judiciaire qui ne saurait qu’être la conséquence [de son] travail d’investigation et d’information ».

Hajar Raissouni, une autre journaliste de premier plan, également du journal Akhbar el Yaoum, a été condamnée en 2019 à un an de prison pour des accusations liées à l’avortement et à des relations sexuelles hors mariage.

Suleiman Raissouni, rédacteur en chef du journal, est également en détention depuis le 22 juin 2020 pour des accusations d’agression sexuelle portées par un homme affirmant que Suleiman Raissouni l’avait agressé deux ans auparavant.

La témoin de la défense dans l’affaire de viol dont fait l’objet Omar Radi, la journaliste indépendante Imed Stitou, qui était présente dans l’appartement au moment des faits et qui a corroboré la version des faits d’Omar Radi, a ensuite été inculpée de complicité de viol. Imed Stitou doit également faire l’objet d’un procès le 6 avril 2021.

Ce procès intervient alors que le bilan en matière de droits humains du Maroc continue de se détériorer, le gouvernement ayant poursuivi en justice des dizaines de personnes au cours des deux dernières années, dont des journalistes, des youtubeurs, des artistes et des militant·e·s qui ont exprimé des opinions critiques des autorités en ligne ou hors ligne.

Complément d’information

Omar Radi est un journaliste d’investigation et un militant marocain. Il a fondé le site marocain indépendant d’actualités Le Desk et est journaliste pour ce site. Il travaille également pour plusieurs médias nationaux et internationaux, notamment la station de radio Atlantic Radio, les magazines Le Journal Hebdomadaire et TelQuel et le site d’actualités Lakome. Le travail d’Omar Radi est centré sur les enquêtes politiques et les relations entre le pouvoir politique et économique au Maroc.

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit