Match Belgique-Estonie : appel au respect des droits des travailleurs au Qatar

Match Belgique Estonie Coupe du monde

Ce samedi, à l’occasion du match Belgique-Estonie qui a vu les Diables Rouges se qualifier pour la Coupe du monde 2022, des militant·e·s d’Amnesty International et des supporter·rice·s ont déployé plusieurs bannières géantes dans les tribunes du stade Roi Baudouin, à Bruxelles, appelant la FIFA et le Qatar à protéger les droits des travailleur·euse·s migrant·e·s dans le cadre de l’organisation de la compétition qui débutera dans un an.

« Les supporter·rice·s des Diables Rouges se réjouissent ce soir de voir l’équipe nationale se qualifier pour une troisième Coupe du monde consécutive, mais beaucoup d’entre eux·elles s’inquiètent de la situation des travailleur·euse·s migrant·e·s au Qatar, qui continuent d’être exploité·e·s et de voir leurs droits piétinés », explique François Graas, coordinateur des campagnes de la section belge francophone d’Amnesty International.

Afin de remédier à cette situation, Amnesty International appelle la FIFA à prendre des mesures urgentes pour que les droits travailleur·euse·s qui rendent la tenue de la Coupe du monde possible soient respectés et appelle publiquement le Qatar à mettre en œuvre de toute urgence les réformes que le pays a lui-même annoncées afin d’améliorer la situation de ces milliers de personnes.

« Dans ce contexte, compte tenu de la volonté qui a été manifestée d’instaurer des améliorations durables dans cette région du monde, nous demandons également à la Fédération royale belge de football d’user de toute son influence auprès de la FIFA pour que cette dernière se montre digne des valeurs qu’elle prétend défendre », insiste François Graas.

Depuis plusieurs années, Amnesty international dénonce l’exploitation et les mauvais traitements que subissent les travailleur·euse·s migrant·e·s au Qatar, particulièrement dans le contexte de l’organisation de la prochaine Coupe du monde. Ainsi, en août 2021, l’organisation de défense des droits humains a dénoncé le manquement des autorités qatariennes au devoir d’enquêter sur les décès de plusieurs milliers de travailleur·euse·s migrant·e·s, alors qu’un lien avait été établi entre leur mort prématurée et leurs conditions de travail dangereuses.

« Si le Qatar a adopté depuis 2017 une série de réformes positives censées bénéficier aux travailleur·euse·s migrant·e·s, beaucoup reste encore à faire. Fort·e·s du soutien de dizaines de milliers de personnes et de supporters en Belgique et dans le monde, nous continuerons à mettre la pression sur la FIFA et sur les autorités qatariennes pour que de réels changements aient lieu dans les délais les plus brefs », conclut François Graas.

Toutes les infos
Toutes les actions
2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit