Communiqué de presse

Meriam, la jeune chrétienne soudanaise, est saine et sauve en Italie

Le cas de Meriam Yehya Ibrahim a incité plus d’un million de sympathisants d’Amnesty International à agir pour demander sa libération immédiate et sans condition. Condamnée à mort et à la flagellation pour avoir refusé de renier sa religion, Meriam avait été libérée de prison le 23 juin mais avait été interdite de quitter le territoire soudanais.

Après un mois passé à l’ambassade des Etats-Unis à Karthoum, Meriam a enfin pu quitter le territoire soudanais ce jeudi 24 juillet. Elle est arrivée dans la matinée en Italie avec sa famille où elle est désormais en sécurité.

Les autorités soudanaises avaient refusé de lui laisser quitter le pays, suite à sa libération le 25 juin dernier. Elle avait alors été arrêtée à l’aéroport par les services soudanais de la sûreté et du renseignement et accusée de faux et usage de faux concernant ses documents de voyage.

Considérée comme prisonnière d’opinion, Meriam avait été condamnée à mort en mai dernier en raison de ses croyances religieuses alors qu’elle était enceinte de huit mois. Il lui a été réservé un traitement épouvantable en prison, notamment le fait de l’enchaîner, qui a porté atteinte aux dispositions du droit international relatif aux droits humains contre les mauvais traitements.

Plus d’un million de sympathisants d’Amnesty International ont agit ces dernières semaines pour demander sa libération immédiate et sans condition. Nous tenons à saluer tous ceux qui ont contribué à cet énorme témoignage de soutien.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.