Mexique. Amnesty International condamne le meurtre d’une militante en quête de justice pour sa fille

Déclaration publique

ÉFAI

17 décembre 2010

Index AI : AMR 41/092/2010

Le 17 décembre, Amnesty International a condamné le meurtre de Marisela Escobedo Ortiz, qui s’est produit dans la soirée du 16 décembre dans la ville de Chihuahua, au Mexique. Marisela Escobedo menait un combat inlassable afin d’obtenir justice pour sa fille Rubí Marisol Frayre Escobedo, tuée en août 2008 alors qu’elle avait 16 ans.

Marisela Escobedo se trouvait devant le Palacio de Gobierno (bureaux du gouverneur) en compagnie d’autres membres de sa famille continuant à demander justice pour sa fille, lorsqu’un homme s’est approché, a tiré un coup de feu et s’est enfui. Elle a été conduite en urgence à l’hôpital mais a succombé à sa blessure.

Depuis le meurtre de Rubí Frayre, commis par son compagnon en 2008, Marisela Escobedo a lutté sans relâche pour qu’une enquête efficace soit menée et que l’auteur soit traduit en justice. Marisela Escobedo a affronté une série d’obstacles et a dû effectuer ses propres investigations devant la réticence des autorités à remplir leur obligation consistant à retrouver le meurtrier et à rendre justice.

Les défaillances du système de justice dans les affaires de meurtre ou de disparition de femmes et de jeunes filles dans l’État de Chihuahua sont une nouvelle fois mises en évidence par le meurtre d’une femme courageuse qui n’a jamais cessé de faire pression sur les autorités afin qu’elle rende justice au nom de sa fille.

Une nouvelle fois, la négligence des autorités, au niveau fédéral comme de l’État, pour ce qui est de prévenir et de sanctionner la violence contre les femmes dans l’État de Chihuahua a conduit à ce que les proches et les organisations de défense des droits humains soient victimes de représailles en raison du travail qu’ils mènent en faveur de la justice et de la vérité.


Complément d’information

Rubí Frayre a disparu de son domicile à Ciudad Juárez en août 2008. Elle y vivait avec son compagnon, Sergio Barraza Bocanegra, qui a ensuite quitté la ville. Sous l’effet des pressions continues exercées par Marisela Escobedo et grâce à ses propres investigations, Sergio Barraza a été retrouvé et arrêté à Zacatacas en juin 2009, et les restes mortels de Rubí Frayre ont été découverts. L’accusé a cependant été acquitté en première instance en avril 2010, puis libéré. Par la suite, alors qu’il était déjà en fuite, un tribunal de seconde instance a annulé ce jugement et a condamné Sergio Barraza pour l’homicide de Rubí Frayre.

En juillet 2010, Marisela Escobedo a de nouveau retrouvé la trace de Sergio Barraza à Zacatecas et y a accompagné un policier afin qu’il soit arrêté, mais il s’est échappé.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées