Mexique : Après quatre ans d’enquête, l’État doit garantir la justice pour les 43 étudiants d’Ayotzinapa

Après quatre années passées à tenter de dissimuler la vérité sur la disparition forcée de 43 étudiants d’Ayotzinapa, le gouvernement du président Enrique Peña Nieto a une dernière chance d’agir comme il le devrait en cessant de s’opposer à la création d’une commission d’enquête spéciale.

« Le monde observe le Mexique, avec l’espoir que le gouvernement veille enfin au respect des droits des victimes et autorise la création d’une commission d’enquête qui permettrait de découvrir la vérité sur ce qu’il s’est passé, et d’obtenir justice pour les 43 étudiants d’Ayotzinapa disparus et leurs familles  », a déclaré Erika Guevara Rosas, directrice d’Amnesty International pour les Amériques.

Le 26 septembre 2014, 43 étudiants de l’école normale rurale d’Ayotzinapa ont été soumis à une disparition forcée à Iguala, une ville de l’État de Guerrero, dans le sud du Mexique. Malgré les pressions intenses exercées par la communauté internationale, la population mexicaine et les familles des étudiants disparus, on ignore toujours où ils se trouvent et les faits qui ont conduit à ces violations graves des droits humains.

Cette affaire fait partie des milliers de cas de disparitions au Mexique. Au cours des quatre dernières années, le nombre officiel de personnes disparues dans le pays est passé de 22 000 à 37 000.

Le 16 octobre 2014, peu après les faits, le président Enrique Peña Nieto a publiquement affirmé que la résolution de cette affaire était une priorité pour l’État mexicain. Pourtant, depuis, le gouvernement a choisi d’accepter officiellement comme étant la vérité une explication fondée sur une théorie maintes fois remise en cause par des organisations locales et des experts internationaux.

En juin, un tribunal fédéral a ordonné la création d’une commission d’enquête spéciale pour cette affaire. Mais le gouvernement a fourni des efforts coordonnés pour déposer près de 200 recours légaux cherchant à tout prix à éviter que cette commission voie le jour.

« Le gouvernement d’Enrique Peña Nieto a de nouveau choisi de tourner le dos à ce qui semble désormais le seul moyen de faire éclater la vérité. Avec cette décision, le gouvernement confirme une nouvelle fois son manque d’engagement pour résoudre cette affaire  », a déclaré Tania Reneaum, directrice d’Amnesty International Mexique.

Les familles des étudiants ont constaté avec beaucoup de déception qu’à chaque fois qu’un pas en avant semblait être fait pour découvrir la vérité, le gouvernement mexicain démontrait que son seul objectif était de l’enterrer, et l’affaire des étudiants avec elle.

«  Après quatre ans passés à tenter de dissimuler les faits, il est peu probable que le gouvernement actuel prenne les mesures nécessaires pour résoudre cette affaire. Il incombe donc au nouveau gouvernement la tâche difficile de faire ce qu’il faut pour changer de cap et veiller à ce que le droit des victimes à la vérité, à la justice et à des réparations soit respecté », a affirmé Tania Reneaum.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !