MEXIQUE : Le 19 octobre 2003 marque le deuxième anniversaire de la mort de Digna Ochoa

Index AI : AMR 41/046/2003
ÉFAI

Vendredi 17 octobre 2003

DÉCLARATION PUBLIQUE

À l’occasion du deuxième anniversaire, ce week-end, de la mort de la militante des droits humains Digna Ochoa, Amnesty International souhaite rappeler sa précieuse contribution à la défense des droits fondamentaux au Mexique.

Par ailleurs, l’organisation déplore profondément la décision du Bureau du procureur général du district fédéral de classer l’affaire après avoir conclu au suicide. En juin dernier, la Commission interaméricaine des droits de l’homme a remis aux autorités un rapport qui relevait plusieurs lacunes dans l’enquête. Le rapport faisait notamment état du manque de rigueur avec laquelle la première autopsie a été effectuée, des irrégularités dans la collecte, le traitement et la conservation des éléments de preuve, et de l’étrange apparition, dix-huit mois après les faits, de nouveaux éléments déterminants. Le rapport a relevé en outre le manque d’attention accordé à toutes les pistes d’investigation possibles. En dépit de ces critiques, l’affaire a été classée sans que l’on n’ait, selon toute apparence, remédié à ces carences.

Amnesty International déplore également que l’on ait, semble-t-il, tenté d’empêcher la famille et les avocats de Digna Ochoa d’agir en tant que partie jointe (coadyuvancia) et d’exercer leur droit d’intervenir dans l’enquête. Lors des investigations, des informations ont été publiées qui mettaient en cause les actions légitimes de la famille dans sa quête de justice et dénigraient le travail en faveur des droits humains mené par Digna Ochoa tout au long de sa vie.

Amnesty International est profondément préoccupée par le recours à cette vieille pratique consistant à discréditer les victimes de violations des droits humains, leurs proches et les défenseurs des droits de la personne dans leur ensemble. Digna Ochoa, comme tant d’autres militants, a joué un rôle essentiel pour la protection des droits fondamentaux au Mexique, et il est indispensable que les autorités reconnaissent le travail de ces personnes et y apportent leur soutien. Le dénigrement et le harcèlement des défenseurs des droits humains restent des pratiques courantes au Mexique. L’assassinat en août dernier de Griselda Tirado Evangelio, qui militait dans l’État de Puebla en faveur des droits des populations indigènes, met en évidence le danger que courent les défenseurs des droits humains qui exercent leurs activités légitimes.

Amnesty International espère que l’audience de la Commission interaméricaine des droits de l’homme consacrée à la mort de Digna Ochoa, qui doit se tenir le 18 octobre à Washington, permettra de revenir sur les lacunes relevées par les experts qui ont rédigé le rapport. Toutes les irrégularités de l’enquête doivent être impérativement éclaircies, afin que la mort de Digna Ochoa ne vienne pas s’ajouter à la longue liste des affaires où le doute plane toujours quant à la validité de la décision de justice rendue.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.