Communiqué de presse

Mexique. Le procureur général de la République risque d’entraver l’enquête sur les étudiants disparus

L’annonce du procureur général du Mexique, qui a affirmé que tous les étudiants disparus d’Ayotzinapa seraient morts, est prématurée et risque d’empêcher la tenue d’une enquête minutieuse et approfondie sur cette tragédie, a déclaré Amnesty International mercredi 28 janvier.

Le 27 janvier 2015, le procureur général de la République, Jesus Murillo Karam, a annoncé qu’il pouvait affirmer de façon certaine que les étudiants étaient morts, fondant principalement ses conclusions sur les aveux de suspects en détention. Il n’a toutefois pas été en mesure de présenter des preuves solides pour étayer ses déclarations.

« Si le procureur général espère que cette annonce va permettre de tourner la page après cette tragédie, il fait erreur. Il y a encore bien des questions en suspens, en particulier celle de la possible complicité, active ou passive, de l’armée et d’autres branches des autorités dans l’attaque de ces jeunes élèves enseignants », a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

« J’ai rencontré les familles et les proches des jeunes disparus, j’ai vu leur douleur et ce n’est pas quelque chose que l’on peut pousser sous le tapis. Le passé troublé du Mexique en matière d’enquêtes policières est une raison supplémentaire pour que celle-ci se poursuive jusqu’à ce que soient découvertes des preuves solides permettant d’expliquer ce qu’il est arrivé à ces jeunes hommes. »

Mercredi 28 janvier, Amnesty International a adressé au procureur général une lettre ouverte faisant état des préoccupations de l’organisation concernant l’enquête.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Farid et Issa, défenseurs Palestiniens en danger

Farid et Issa militent pour la non-violence et font face à d’incessantes menaces et agressions de la part de soldats et de colons israéliens. Aidez-les ! Signez notre pétition