Mexique : Il faut respecter des droits humains dans le contexte violent des élections

Face au processus électoral le plus violent de son histoire, le Mexique doit prendre des mesures importantes pour veiller à ce que ses citoyens puissent exercer leurs droits humains, notamment le droit de participer aux affaires publiques lors des élections de ce dimanche.

« Les autorités mexicaines doivent fournir les conditions nécessaires afin que les droits humains de la population ne soient pas affectés dans le cadre du processus électoral, notamment tout au long de la journée de vote de dimanche et durant les jours suivants », a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice pour les Amériques d’Amnesty International.

Dimanche 1er juillet, des élections se tiendront au Mexique pour pouvoir plus de 3 400 postes publics. À cette occasion, le nouveau président mexicain sera élu, et l’intégralité du Congrès fédéral sera renouvelée.

Au cours de la campagne électorale de 2018, au moins 120 personnes ont été tuées en lien avec le processus électoral en cours, et un grand nombre d’entre elles étaient candidates à des postes à pourvoir lors de ces élections.

Ce contexte violent risque de créer un environnement dans lequel la population ne peut pas exercer librement ses droits fondamentaux dans le cadre de ce processus électoral, par peur de représailles. L’État a l’obligation de protéger les droits humains de l’ensemble de la population, cela comprend la protection contre les attaques perpétrées par l’État lui-même ou par d’autres acteurs.

Ce niveau de violence est la preuve irréfutable de la gravité de la crise en matière de droits humains et de sécurité à laquelle le Mexique est confronté. Le prochain gouvernement doit prendre des mesures spécifiques à ce sujet, en plaçant les droits humains de l’ensemble de la population au cœur de ses politiques publiques. Durant les trois débats télévisés qui se sont tenus entre avril et juin 2018, les candidats à l’élection présidentielles n’ont pas débattu en détail de la crise en matière de droits humains et de sécurité à laquelle le pays est confronté.

« Le prochain gouvernement doit montrer sa capacité et sa volonté à prendre les mesures nécessaires pour renverser la grave crise des droits humains dans laquelle le pays est en train de s’enliser », a déclaré Erika Guevara-Rosas.

Le pays est confronté à une crise sans précédent en matière de sécurité et de graves violations des droits humains. Selon les chiffres officiels, plus de 37 000 personnes sont actuellement victimes d’une disparition forcée. Le taux d’homicides a atteint un niveau historique pour s’élever à 20,52 pour 100 000 personnes en 2017, selon les données du gouvernement fédéral, et l’impunité est rampante.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !