Musharaff à Bruxelles : Amnesty rappelle les graves violations des droits humains au Pakistan.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Bruxelles, le 20 janvier 2008

Lors de sa tournée européenne, le Président Musharaff rencontrera ce lundi 21 janvier 2008 à Bruxelles le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère commune et la sécurité, Monsieur Javier Solana ainsi que des membres du Comité d’affaires étrangères du Parlement européen.
À cette occasion, Amnesty international a adressé une lettre à Monsieur Solana pour lui faire part de ses vives préoccupations concernant les violations des droits fondamentaux commises au Pakistan.

Ce courrier contient un appel international en 12 points relatif au respect des droits humains car en effet, de graves violations des droits humains continuent à être commises au Pakistan, ceci en dépit de la levée de l’état d’urgence.

Les 12 points sont :

1) Le respect des droits humains en conformité avec le droit international et la Constitution du Pakistan

2) La confirmation et la restitution d’un pouvoir judiciaire libre et indépendant ; ainsi que le rétablissement d’un système juridique légal et régulier à toutes les régions du Pakistan, écartant ainsi la justice tribale arbitraire et illégale.

3) L’interdiction des disparitions forcées et des transferts illégaux des détenus. Amnesty s’inquiète de la pratique répandue de la détention arbitraire et demande que l’on soit sûr que tous les détenus sont légalement tenus et ne sont pas victime de torture ou tout autre mauvais traitement.

4) La prévention contre la violence institutionnalisée afin de ne jamais recourir à la force inutile, excessive ou disproportionnée contre des suspects et des civils sans armes.

5) La liberté d’expression en général, et la liberté de médias en particulier.

6) La poursuite en justice d’auteurs d’exécutions extrajudiciaires et la condamnation absolue de telles pratiques

7) La mise sur pied d’un moratoire sur des exécutions en attendant un examen des lois concernant et aboutissant à l’abolition de la peine de mort au Pakistan

8) La protection efficace des droits des enfants, essentiellement contre le travail des enfants et l’exécution d’enfants mineurs au moment des faits reprochés.

9) La protection des droits des femmes en droit et en pratique, les femmes sont souvent victimes de violences commises au nom de l’honneur.

10) La protection des droits des minorités religieuses ; en l’absence de protection de l’État, des membres des minorités religieuses ont été soumis à la discrimination et à la violence, commises en toute impunité.

11) Le respect des droits économiques, sociaux, et culturels.

12) La ratification et la mise en application les traités internationaux relatifs aux Droits humains ; bien que membre du Conseil des droits humains des Nations unies, le Pakistan doit encore ratifier le pacte international relatif aux droits civils et politiques et ses protocoles facultatifs, le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et la convention des Nations Unies contre la torture et tout autre traitement cruel, inhumain ou dégradant et son protocole facultatif.

Amnesty International invite tous les partis politiques du Pakistan qui se présentent aux élections à confirmer leur attachement au respect et à la protection des droits humains comme prévu par le droit international et la Constitution du Pakistan.

Fin du communiqué

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.