Myanmar : Interdiction d’entrée sur le territoire d’un haut responsable de l’ONU

En réaction à l’information selon laquelle les autorités du Myanmar ont refusé à un rapporteur spécial de l’ONU, Yanghee Lee, l’entrée sur leur territoire, James Gomez, directeur d’Amnesty International pour l’Asie du Sud-Est et le Pacifique, a déclaré :

« La décision du gouvernement du Myanmar d’interdire au rapporteur spécial l’entrée dans le pays est scandaleuse. Il s’agit d’une preuve supplémentaire que les autorités feront tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter que leur bilan en matière de droits humains ne fasse l’objet d’une surveillance internationale. »

À l’heure où les forces de sécurité sont accusées d’avoir commis des crimes contre l’humanité au cours de leur cruelle campagne contre les Rohingyas, l’obligation de rendre des comptes pour les violations des droits humains est particulièrement importante. La communauté internationale doit appeler les autorités à accorder à Yanghee Lee l’accès au pays. Ce sont les simples citoyens et les victimes d’atteintes aux droits humains qui continuent de souffrir.
« L’armée du Myanmar affirme ne rien avoir fait de mal ces derniers mois. Si tel est le cas, les autorités ne devraient rien avoir à cacher ; alors pourquoi interdisent-elles l’accès à leur territoire à des enquêteurs indépendants et impartiaux ? »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.