Myanmar : L’arrestation de trois journalistes démontre à nouveau la répression de la liberté de la presse

Les journalistes Nayi Min, Kyaw Zaw Linn et Phyo Wai Win ont été arrêtés au Myanmar le 10 octobre.

«  Ces arrestations constituent un nouvel épisode très inquiétant de la répression de la liberté de la presse au Myanmar, et montrent que les autorités du pays deviennent chaque jour plus intolérantes. Ces journalistes doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Tirana Hassan, directrice du Programme de réaction aux crises à Amnesty International.

 
« Les journalistes jouent un rôle essentiel en contribuant à ce que les représentants de l’État répondent de leurs actes, et en informant le public. Ces arrestations, qui interviennent à la suite de la publication d’un article critiquant les méthodes du gouvernement régional de Yangon en matière de gestion financière, adressent un message inquiétant à tous ceux qui tentent de mettre en cause le gouvernement.
 
« Au lieu d’arrêter des journalistes qui font pacifiquement leur travail, les autorités devraient abroger les lois répressives utilisées pour créer un climat de peur et d’intimidation. »
 

Complément d’information

 
Trois journalistes d’Eleven Media – Nayi Min, Kyaw Zaw Linn et Phyo Wai Win – ont été arrêtés par la police de Yangon le 10 octobre 2018. Ils font l’objet d’une enquête au titre de l’article 505(b) du Code pénal du Myanmar, une disposition de la législation rédigée en termes imprécis qui est souvent utilisée pour museler les défenseurs des droits humains et plus généralement pour étouffer le droit à la liberté d’expression.

S’ils sont déclarés coupables, ils risquent d’être condamnés chacun à une peine allant jusqu’à deux ans d’emprisonnement.

 
En 2016, le gouvernement régional de Yangon a enquêté sur deux autres professionnels des médias travaillant pour Eleven Media inculpés de « diffamation en ligne » au titre de l’article 66(d) de la Loi de 2013 sur les télécommunications, après qu’ils eurent publié un article sur le chef du gouvernement de Yangon.
 
Ces dernières années, on a observé au Myanmar une nouvelle dégradation de la situation en ce qui concerne la liberté de la presse, et de façon plus générale la liberté d’expression. Deux journalistes de Reuters, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, purgent chacun une peine de sept ans d’emprisonnement ; ils ont été condamnés au titre de la Loi sur les secrets d’État, datant de l’époque coloniale, pour avoir enquêté sur le massacre d’hommes rohingyas perpétré par l’armée du Myanmar dans l’État d’Arakan, dans le nord du pays.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la cruauté des USA envers les personnes en quête de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !