Myanmar. Les arrestations se poursuivent alors que les préoccupations sont vives en ce qui concerne la sécurité des détenus

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ASA 16/029/2007 (Public)

Quatre personnes viennent d’être arrêtées à Yangon (ex-Rangoon) dans le cadre de la vague de répression menée par les autorités militaires.

Parmi ces personnes figurent les militants de renom Htay Kywe (âgé de 39 ans), Mie Mie alias Thin Thin Aye (âgée de 35 ans, ) et Aung Thu (âgé de 43 ans), tous membres du Groupe d’étudiants de la génération 88. Les quatre personnes qui viennent d’être arrêtées ont été incarcérées auparavant en raison de leur militantisme, non violent, en faveur des droits humains et de la démocratie.

Amnesty International est vivement préoccupée par la sécurité de Htay Kywe, Mie Mie et Aung Thu, qui risquent d’être torturés et soumis à d’autres formes de mauvais traitements.

La poursuite des arrestations va à l’encontre des promesses que les autorités birmanes ont faites cette semaine de coopérer avec les Nations unies. Le Conseil de sécurité a déploré vivement jeudi 11 octobre la violente répression et a demandé la libération immédiate de tous les prisonniers politiques. Au lieu de cela, les arrestations se poursuivent alors que les préoccupations sont vives en ce qui concerne la sécurité des détenus, dont il est à craindre qu’ils ne soient torturés et maltraités.

La communauté internationale doit insister auprès des autorités du Myanmar pour qu’elles mettent fin aux arrestations de manifestants pacifiques, pour qu’elles veillent à la sécurité de tous les détenus en acceptant notamment que des observateurs indépendants puissent entrer en contact avec eux, et pour qu’elles libèrent immédiatement tous les prisonniers d’opinion.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse