Communiqué de presse

Myanmar. Les violences qui secouent l’État d’Arakan ont fait de nombreux morts

La mort de dizaines de personnes lors des affrontements ethniques qui secouent l’État d’Arakan, au Myanmar, représente une perte tragique en vies humaines, qui doit faire l’objet d’une enquête et déboucher sur la comparution en justice des responsables présumés, a déclaré Amnesty International.

« Ces derniers heurts entre les Rohingyas, de religion musulmane, et les bouddhistes démontrent à quel point il est urgent que les autorités interviennent afin d’assurer la protection de tous, et de briser le cycle de la discrimination et de la violence », a affirmé Isabelle Arradon, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International.

En juin 2012, l’état d’urgence a été décrété dans l’État d’Arakan, après la mort de 90 personnes.

Amnesty International demande aux autorités du Myanmar de revoir la Loi relative à la citoyenneté de 1982, afin que les Rohingyas puissent être reconnus comme citoyens, et de s’attaquer aux racines de la discrimination qui touche depuis longtemps la communauté rohingya.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse