Myanmar, De nouvelles condamnations « scandaleuses » prononcées contre des satiristes

Trois membres de la troupe de poésie satirique Peacock Generation ont été déclarés coupables et condamnés à six mois de prison pour « diffamation en ligne » le 17 février 2020, parce qu’ils ont diffusé leurs représentations sur les réseaux sociaux.

« Cela défie l’entendement que ces jeunes gens courageux se retrouvent derrière les barreaux pour avoir partagé des vidéos et des photos en ligne. Leurs représentations traitent toutes des aspirations à un avenir meilleur. Le fait qu’ils soient soumis à ces procès et condamnations scandaleux montre à quel point l’armée du Myanmar est vindicative, a déclaré Nicholas Bequelin, directeur régional à Amnesty International.

Leurs représentations traitent toutes des aspirations à un avenir meilleur

« Les autorités préfèrent sanctionner les jeunes plutôt que de réfléchir aux critiques exposées pacifiquement à travers leurs performances. Ces condamnations et ces sentences doivent être annulées, les membres du groupe placés en détention doivent être libérés immédiatement et sans condition, et toutes les charges retenues contre eux doivent être abandonnées.

« À l’approche des élections, Aung San Suu Kyi et le parti au pouvoir, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), n’ont plus beaucoup de temps pour abroger ou modifier les lois draconiennes en vue de protéger pleinement la liberté d’expression. Il est temps de reléguer une bonne fois pour toutes ces lois dans les livres d’histoire. »

« Ces condamnations et ces sentences doivent être annulées, les membres du groupe placés en détention doivent être libérés immédiatement et sans condition, et toutes les charges retenues contre eux doivent être abandonnées »

Complément d’information

Sept membres de Peacock Generation – Kay Khine Tun (f), Zayar Lwin (h), Paing Pyo Min (h), Paing Ye Thu (h), Zaw Lin Htut (h), Su Yadanar Myint (f) et Nyein Chan Soe (h) – ont été arrêtés en avril et mai 2019 après avoir interprété une œuvre de thangyat, un art de la scène traditionnel proche du slam. Ils étaient vêtus d’uniformes militaires et critiquaient la tatmadaw, l’armée du pays.

Le 17 février 2020, trois d’entre eux – Kay Khine Tun, Paing Phyo Min et Su Yadanar Myint – ont été reconnus coupables de « diffamation en ligne » par le tribunal municipal de Botahtaung et condamnés à six mois de prison au titre de l’article 66(d) de la Loi de 2013 sur les télécommunications, pour avoir publié des photos et des vidéos et diffusé leur spectacle en direct sur Facebook. Les quatre autres membres ont été acquittés. C’est la quatrième condamnation de la troupe ces derniers mois.

Le 30 octobre 2019, cinq membres de la troupe ont été condamnés à un an de prison chacun par le tribunal municipal de Mayangon, à Yangon, la plus grande ville du Myanmar, après avoir été reconnus coupables d’avoir enfreint l’article 505(a) du Code pénal, qui interdit de diffuser des déclarations et informations dans le but d’amener des officiers ou des soldats des forces armées du Myanmar « à se rebeller ou à se soustraire ou faillir à leur devoir en quelque autre façon ».

Le 18 novembre 2019, six membres de la troupe ont été déclarés coupables et condamnés à un an de prison au titre de l’article 505(a), cette fois-ci par le tribunal municipal de Botahtaung, à Yangon. Un septième artiste, Nyein Chan Soe, a été mis hors de cause.

Le 11 décembre 2019, quatre membres de la troupe ont été condamnés à six mois de prison supplémentaires après avoir été reconnus coupables de « diffamation en ligne » au titre de l’article 66(d) par le tribunal municipal de Mayangon.

L’article 66(d) prévoit une peine maximale de deux ans d’emprisonnement.

Plusieurs membres de Peacock Generation sont poursuivis pour les mêmes motifs dans d’autres municipalités en dehors de Yangon, où ils ont donné des représentations de thangyat.

Le thangyat est un art traditionnel populaire birman qui mêle poésie, comédie et musique ; des représentations ont habituellement lieu en avril pendant la Fête de l’eau pour le Nouvel an, ainsi qu’à d’autres occasions festives. Interdites en 1989 par la junte militaire, les représentations publiques de thangyat ont à nouveau été autorisées en 2013.

Toutes les infos
Toutes les actions

La Belgique doit agir contre le viol

Pétition appelant les autorités belges à lutter contre le viol et les violences sexuelles en Belgique.