NATIONS UNIES : Plusieurs organisations non gouvernementales demandent au Conseil de sécurité de prendre immédiatement des mesures pour protéger les enfants dans les zones de conflit

Index AI : IOR 80/001/2003

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

New York — Aujourd’hui (mardi 14 janvier 2003), plusieurs organisations non gouvernementales ont appelé conjointement le Conseil de sécurité des Nations unies - qui a lancé un large débat sur le situation des enfants en temps de guerre - à prendre immédiatement des mesures pour protéger la sécurité et les droits des enfants mêlés à des conflits armés partout dans le monde.

Chaque jour, la vie et l’avenir de millions d’enfants sont en jeu dans les 35 conflits armés qui déchirent la planète. Le Conseil a un défi majeur à relever : il doit faire en sorte que dans chaque conflit le droit international soit respecté et que tous les belligérants s’engagent à protéger les enfants.

Deux réseaux d’organisations non gouvernementales, la Watchlist on Children and Armed Conflict et la Coalition pour mettre fin à l’utilisation d’enfants soldats, recommandent au Conseil de sécurité de prendre des mesures plus énergiques en ce qui concerne la protection des enfants dans les conflits armés. Pour améliorer de manière significative le sort des enfants, le Conseil devrait, entre autres mesures concrètes :
* nommer explicitement toutes les parties qui continuent de recruter ou d’utiliser des enfants soldats, et engager des discussions avec elles. En l’absence de progrès notables quant au recours aux enfants pas les parties belligérantes, le Conseil devrait intervenir pour stopper le flux d’armes en direction de ces zones de conflit et envisager des sanctions pouvant contribuer à mettre fin au recrutement et à l’utilisation d’enfants soldats ;
* veiller à ce que toutes les résolutions du Conseil concernant des conflits traitent de manière spécifique la situation des enfants afin que la protection de ceux-ci devienne une priorité majeure dans tout le système onusien ;
* établir des protocoles au sein de l’Organisation des Nations unies afin que les mesures spéciales de protection décrites dans les résolutions du Conseil de sécurité concernant la situation des enfants dans des conflits armés soient systématiquement appliquées en cas de situations graves, en particulier en ce qui concerne l’accès sans entrave à l’aide humanitaire ;
* s’assurer que partout où des garçons et des filles sont mêlés à un conflit armé, tous les enfants soient inclus dans les opérations de désarmement, de démobilisation et de réintégration à la fin des combats ;
* créer au sein du Conseil un groupe de travail informel chargé de mettre au point une méthode pour améliorer la cohérence et l’efficacité des actions des Nations unies et d’autres organisations internationales en faveur des enfants touchés par les conflits armés.

Expliquant pourquoi il était urgent de renforcer la protection des enfants mêlés aux conflits armés en cours, Casey Kelso, coordonnateur de la Coalition pour mettre fin à l’utilisation d’enfants soldats, a déclaré : " Des progrès ont été réalisés ces dernières années quant à la protection des enfants dans les situations de conflit armé. Il reste cependant des obstacles à surmonter, en ce qui concerne notamment l’application des engagements internationaux tels que le Protocole facultatif se rapportant à la Convention relative aux droits de l’enfant, concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés. Le débat en cours offre au Conseil une occasion unique de faire franchir à la protection des enfants un grand pas en avant. "

Julia Freedson, coordonnatrice de la Watchlist on Children and Armed Conflict, a déclaré quant à elle : " Nous espérons que le large débat que lance le Conseil fera apparaître une volonté internationale de mieux protéger les enfants. Les ONG demandent au Conseil d’adopter une résolution ferme indiquant clairement la voie à suivre en ce qui concerne la protection des enfants. Le Conseil doit donner suite aux engagements qu’il a pris précédemment et établir un plan d’action précis pour mettre fin aux abus et obliger les auteurs de violations à rendre des comptes. "

Des représentants de la Coalition pour mettre fin à l’utilisation d’enfants soldats, de Save the Children, de la Watchlist on Children and Armed Conflict et de la Commission féminine pour les femmes et enfants réfugiés ont fait des recommandations au Conseil de sécurité lors d’une réunion informelle qui s’est tenue à huis clos avec certains de ses membres. Ils ont évoqué la question de l’aide humanitaire, la nécessité d’améliorer la surveillance et l’enregistrement des violations contre les enfants, l’utilisation d’enfants soldats pendant les conflits et les risques liés au VIH et au sida encourus par les enfants dans les situations de conflit.

Pour avoir plus d’informations et connaître les autres recommandations des ONG au Conseil de sécurité des Nations unies, consulter les documents suivants :
* Children Protection : Implementing Resolution 1379 ; www.watchlist.org
* Child Soldiers 1379 Report, www.child-soldiers.org/
* Children and Armed Conflict : Symposium on Implementing UN Security Council Resolution 1379, 8 novembre 2002, www.watchlist.org et www.child-soldiers.org

Complément d’information
La Coalition pour mettre fin à l’utilisation d’enfants soldats a été formée en mai 1998 par des organisations non gouvernementales de premier plan voulant mettre fin au recrutement des enfants de moins de dix-huit ans et à leur participation au conflit armé. Parmi les organisations faisant actuellement partie du comité directeur de la Coalition figurent : Amnesty International ; Défense des enfants-international ; Human Rights Watch ; Jesuit Refugee Service ; Bureau de la société des amis auprès des Nations unies-Genève ; Rädda Barnen pour l’International Save the Children Alliance ; Terre des Hommes ; l’Organisation internationale de perspective mondiale et plusieurs organisations non gouvernementales d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et du Moyen-Orient.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse