Népal : Les autorités doivent immédiatement libérer les militants d’Amnesty International

Les autorités népalaises doivent libérer immédiatement et sans condition les membres et les sympathisants d’Amnesty International Népal qui ont été arrêtés parce qu’ils ont manifesté devant l’ambassade d’Inde ce matin.

Trente personnes au moins – dont des membres du personnel et du bureau d’Amnesty International Népal, ainsi que des sympathisants – ont été arrêtées alors qu’elles protestaient contre la répression exercée par le gouvernement indien contre la société civile, notamment les descentes effectuées dans les locaux d’Amnesty International Inde et les tentatives visant à mettre fin à ses activités de campagne dans le pays.

«  Nous demandons que nos collègues soient libérés immédiatement et sans condition. La stratégie de répression des autorités népalaises est précisément celle contre laquelle les sympathisants d’Amnesty International protestaient. Ils étaient là pour exprimer leur solidarité avec leurs collègues en Inde et pour appeler le gouvernement indien à mettre fin à la répression qu’il exerce contre les droits humains. En violant le droit de ces personnes à la liberté de réunion pacifique, les autorités népalaises montrent que les droits humains sont également en danger au Népal, a déclaré Biraj Patnaik, directeur pour l’Asie du Sud à Amnesty International.

Complément d’information

Le mouvement mondial Amnesty International demande au gouvernement indien de mettre fin à la répression des droits humains.

Le 25 octobre, Amnesty International Inde est devenue la cible principale de l’attaque menée par le gouvernement contre la société civile, avec la descente menée dans les locaux de l’organisation à Bangalore par la Direction de la répression des fraudes, un organe d’investigations financières. Les comptes bancaires d’Amnesty International Inde ont été gelés. Par la suite, le ministère de l’Intérieur a également effectué une descente dans les bureaux d’Amnesty International Inde.

Ces opérations brutales qui interviennent dans le sillage de mesures similaires prises contre Greenpeace Inde en octobre, visent à réduire davantage encore l’espace civique et à empêcher le travail de campagne essentiel que mènent ces deux organisations pour la défense des droits humains et de l’environnement.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.