Communiqué de presse

Nicaragua. Les autorités doivent mener une enquête sur l’agression de jeunes militants

Amnesty International appelle les autorités nicaraguayennes à enquêter de toute urgence sur l’agression dont ont été victimes de jeunes militants samedi 22 juin 2013 avant l’aube.

Ces militants étudiants manifestaient depuis plusieurs jours en solidarité avec des personnes âgées qui réclamaient à l’État un minimum vieillesse. Vers 4 heures du matin, une centaine de jeunes militants qui dormaient dans la rue, dans un campement de manifestants, aux côtés des personnes âgées, auraient été attaqués par plusieurs centaines de personnes.

Des dizaines d’étudiants ont été blessés, tandis que d’autres ont été menacés ou dépouillés de leurs affaires ; plusieurs ont été contraints par leurs agresseurs de se déshabiller et se sont retrouvés en sous-vêtements. Selon certaines sources, les agresseurs étaient de jeunes sympathisants du Front sandiniste de libération nationale (FSLN), et les policiers n’auraient rien fait pour protéger les jeunes manifestants.

Le gouvernement nicaraguayen doit garantir à tous les Nicaraguayens le droit à la liberté d’expression, notamment le droit de manifester.

Amnesty International appelle les autorités à enquêter de toute urgence et à traduire en justice les responsables présumés des violences et des vols. Elle les engage aussi à veiller à ce que les policiers respectent pleinement les Principes de base des Nations unies sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les responsables de l’application des lois.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées