Nigeria, Hausse intolérable des homicides

Nigeria

• Au Nigeria, le terme cult regroupe des sociétés secrètes traditionnelles, des milices ethniques et des confraternités étudiantes
• Au moins 60 homicides en dix mois dans les zones de gouvernement local de Khana et de Gokana
• Au moins cinq homicides en deux jours à Rumuodogo dans la zone de gouvernement local d’Emohua
• Aucune enquête ouverte ni aucune justice pour les victimes
• La population de Bodo prise pour cible et un militant tué

L’incapacité des autorités à protéger les populations contre les attaques et les actes d’intimidation perpétrés par des bandes violentes est responsable de la perte de vies humaines et alimente l’impunité, mettant en danger les populations de certains villages de l’État de Rivers.

Au moins 60 personnes ont été tuées pour la seule année 2019 dans différents villages de l’État de Rivers, notamment dans les zones de gouvernement local de Khana et de Gokana.

Nos recherches mettent en évidence que le gouvernement ne protège toujours pas suffisamment les populations de ces villages contre les attaques ; les meurtriers échappant à la justice et personne n’étant arrêté ou sanctionné pour ces actes.

« Les autorités n’ont pas traduit en justice les responsables de ces crimes odieux, ce qui a permis au climat d’impunité d’engendrer de nouvelles violences. Nous appelons les autorités nigérianes à faire preuve de plus de fermeté pour mettre un terme à ces attaques en enquêtant sur chaque altercation et en traduisant en justice les responsables présumés de ces faits », a déclaré Osai Ojigho, directrice pays du bureau national du Nigeria d’Amnesty International.

« Le gouvernement doit défendre et protéger sa population ; il a été incapable d’assurer la sécurité des populations de l’État de Rivers, notamment dans les zones de gouvernement local d’Emohua, de Khana et de Gokana, et n’a ouvert aucune enquête sur les homicides ni engagé aucune poursuite contre les auteurs présumés, ce qui a instauré dans la région un climat de peur et de carnage. »

Les résultats d’une enquête menée par Amnesty International révèlent que la montée de la violence cultiste est due au fait que le gouvernement n’a pas ouvert d’enquêtes sur ces faits, ni arrêté et poursuivi en justice les auteurs présumés de ces actes, l’impunité continuant à encourager les responsables à mener d’autres attaques. Des habitants de ces zones affirment également que des personnalités politiques livrent souvent des armes à des groupes de jeunes violents et qu’elles les protègent.

Dans les rares cas où les services de sécurité du Nigeria ont réagi aux violences des bandes armées, leur réaction a toujours été tardive et inadaptée. Les habitants ont indiqué à Amnesty International que les affrontements entre bandes duraient habituellement entre deux et trois heures, mais que les forces de sécurité arrivaient toujours longtemps après la fin des violences.

Les populations concernées par ces affrontements ont déclaré que, malgré les pertes humaines qu’elles ont subies, les autorités n’avaient pris aucune mesure concrète pour les protéger des agissements violents de ces bandes.

« À chaque fois que des bandes armées attaquent, nous appelons en général la police ou d’autres services de sécurité afin qu’ils nous portent secours, mais ils arrivent toujours après le départ des bandes. Lorsque les services de sécurité arrivent, ils vont arrêter des villageois innocents, dresser des barrages routiers et envoyer des agents dans les villages. Mais après deux semaines, ils démantèlent les barrages et laissent les populations jusqu’à la prochaine attaque d’un gang », a déclaré un habitant d’un village concerné.
Des personnes ont relié la hausse des violences au fait que des responsables politiques arment des jeunes à des fins électorales.

Un dirigeant d’un mouvement de jeunes à Khana a accusé des responsables politiques d’avoir fourni des armes à des jeunes pendant des élections.

« Les partis politiques ont recours à différents cults criminels pour leurs propres intérêts. S’ils estiment que leurs groupes ne sont pas suffisamment forts pour faire ce que l’on attend d’eux, ils leur fournissent plus d’armes. Mais ils ne s’inquiètent pas des conséquences de leurs actes. Ils ne se soucient pas de ce qu’il se passera après les élections. »

D’après des villageois et des responsables locaux, une série d’attaques a causé la mort d’au moins 49 personnes dans différents villages de la zone de gouvernement local de Khana entre avril et septembre 2019.

Le 9 avril 2019, une bande criminelle a envahi le district de Bere et a abattu 9 personnes, ont déclaré des habitants à Amnesty International. Parmi les victimes figurent M. Sorle Deekae et le chef Lucky Micah. Des attaques auraient également causé la mort d’au moins 20 autres personnes qui auraient été tuées dans d’autres villages, dont Kaani-Babe. Selon des villageois et des responsables locaux, 20 personnes ont été tuées lors d’une attaque menée contre Kono-Boue en mai 2019.

Des populations contraintes de fuir

L’invasion qu’a subie Kono-Boue en mai 2019 a contraint sa population, notamment les femmes et les enfants, à fuir leur village.

Pendant des heures, des membres de gangs ont pu tuer des personnes, incendier des maisons et piller des commerces en toute liberté. Des habitants ont raconté à Amnesty International qu’à la suite de cela, leurs enfants ne pouvaient plus aller à l’école, que les commerçants avaient dû fuir et que les populations avaient été contraintes de quitter leurs maisons et de se réfugier dans un camp pour personnes déplacées mis en place par des églises à Bori dans l’État de Rivers.

La population de Bodo en danger

Un villageois de Bodo, dans la zone de gouvernement local de Gokana, a raconté à Amnesty International :

« Les bandes armées sont tout le temps présentes. Lorsqu’elles attaquent, nous rentrons vite chez nous et nous verrouillons nos portes. D’habitude, elles ne s’en prennent pas délibérément aux villageois, mais plutôt aux cults rivaux. Toutefois, quand une balle est tirée, elle ne se pose pas de questions ; elle atteint n’importe qui sur son chemin. »

Des habitants ont raconté à Amnesty International que 3 personnes avaient été abattues à Bodo le 4 août 2019 lors d’une attaque de bandes armées. Baribefe Bornu, un militant écologiste de 39 ans, a été l’une des victimes tuées avec deux autres : Giobari Thomas Eele et Barivale Amos.

Des témoins et des proches des victimes ont indiqué à Amnesty International que Baribefe Bornu avait été tué à bout portant vers 22 heures devant chez lui alors qu’il implorait pour sa vie.

Baribefe Bornu a joué un rôle majeur dans la bataille qu’a mené Bodo pour obtenir justice auprès de la compagnie pétrolière Shell après deux déversements d’hydrocarbures provoqués par des défaillances opérationnelles dans la zone en 2008. Leur affaire avait finalement été jugée par la Haute Cour à Londres. Shell a reconnu sa responsabilité et a accepté de verser 55 millions de livres sterling pour indemniser les habitants de Bodo ainsi que pour financer les opérations de nettoyage des zones affectées en 2015.

Bodo est la seule ville située dans le delta du Niger qui a été l’objet de travaux de nettoyage reconnus sur le plan international, la Bodo Mediation Initiative, financée par le gouvernement hollandais. Baribefe Bornu était impliqué dans les opérations de nettoyage jusqu’à son meurtre.

D’après des habitants, environ 11 personnes, toutes des hommes, ont été tuées à Bodo lors de trois attaques distinctes cette année.

« Il ne faut pas laisser ces bandes tuer des gens sans raison. Ceux qui ont tué Baribefe Bornu ainsi que d’autres personnes doivent être traduits en justice et il faut intensifier les mesures de sécurité afin de protéger les populations de Bodo et d’autres localités. »

Les familles des victimes de Bodo se sont plaintes d’avoir été laissées seules, à devoir enterrer leurs proches sans espoir de justice puisque des enquêtes ne sont que rarement menées par les autorités sur les attaques menées par les bandes armées.

À Bodo et dans d’autres localités où s’est rendue Amnesty International, les habitants ont indiqué que la police n’avait rien fait au sujet des homicides et qu’aucune enquête n’avait été menée après la mort de leurs êtres chers.
« Le commissariat de police n’est pas loin d’ici, mais les policiers ne sont jamais venus pendant ou après l’attaque. Ils ne sont même pas venus pour enquêter sur les attaques. »

« Les autorités nigérianes ont le devoir d’assurer la sécurité et doivent veiller à ce que justice soit rendue en menant des enquêtes impartiales et indépendantes et en accordant des réparations adéquates aux victimes de ces violences, y compris aux familles des personnes qui ont été tuées », a déclaré Osai Ojigho.

La population de Rumuodogo en danger

L’année a démarré de façon sanglante à Rumuodogo. Une série d’homicides a causé la mort d’au moins 5 personnes à Rumuodogo dans la zone de gouvernement local d’Emohua. Après que des membres du groupe d’autodéfense (vigilante) OSPAC (ONELGA Security planning and Advisory Committee) soutenu par le gouvernement ont été tués et décapités le 6 janvier 2020, des agents d’OSPAC ont commis des homicides en représailles.

Amnesty International Nigeria a appris que la plupart des localités dans la zone de gouvernement local d’Emohua avaient décidé d’engager les services de l’OSPAC, un groupe local d’autodéfense opérant dans l’État, afin qu’il rétablisse la paix dans leurs villages en raison de la hausse des crimes attribuables à des bandes qui y est constatée.

Un villageois a indiqué à Amnesty International : « Après que trois membres de l’OSPAC, dont un motocycliste qui les acheminait, ont été tués à Rumuodogo le 6 janvier 2020, la plupart des villageois ont fui, car des agents de l’OSPAC sont venus dans le village chercher des personnes apparentées à des membres connus de gangs et les ont tuées. »

Amnesty International est très préoccupée par le fait que les autorités ne font rien ou presque rien pour lutter contre les violences incessantes.

« Les autorités de l’État de Rivers doivent faire cesser de toute urgence les troubles qui secouent Rumuodogo et prendre toutes les mesures possibles pour que la paix y soit rétablie », a déclaré Osai Ojigho.

Contexte

La lutte entre des groupes armés rivaux pour imposer leur suprématie a instauré un climat de peur dans différentes localités de l’État de Rivers, notamment dans les zones de gouvernement local de Khana et de Gokana. Des affrontements entre des bandes sont fréquents, faisant des morts parmi les villageois et les membres de gang.

Le gouverneur de l’État de Rivers a promulgué le projet de loi interdisant les cults en mars 2018. Le projet de loi prévoit la peine de mort pour toute personne appartenant à un cult qui tuerait des gens lors de ses activités et une peine de réclusion à perpétuité pour toute personne membre d’un cult qui serait arrêtée. Amnesty International continue de s’opposer à la peine de mort en toutes circonstances, mais il faut mentionner que, malgré l’adoption de ses mesures draconiennes, on assiste à une hausse des cults dans l’État.

Toutes les infos
Toutes les actions

Les procès inéquitables mènent à la peine de mort

Trop souvent, les condamnations à la peine de mort s’accompagnent d’un manque de représentation légale. De nombreux condamnés n’ont pas eu accès à un avocat, ou alors à la dernière minute. Signez notre pétition