Nigeria. Journée d’action mondiale pour demander la libération d’un prisonnier

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Amnesty International tient une journée d’action mondiale pour demander la libération immédiate et inconditionnelle de Patrick Okoroafor.

Arrêté à l’âge de quatorze ans, Patrick Okoroafor a été inculpé de vol qualifié, accusation qu’il a toujours niée. Il a maintenant passé quatorze ans en captivité.

Patrick Okoroafor a été condamné à mort à l’âge de seize ans, sans droit d’interjeter appel de sa condamnation. Cette condamnation à la peine capitale n’aurait jamais dû être prononcée du fait que Patrick Okoroafor était âgé de moins de dix-ans ans au moment des faits qui lui étaient reprochés.

« Patrick Okoroafor a passé la moitié de sa vie en prison pour un crime qu’il nie avoir commis, a déclaré Erwin Van Der Borght, directeur d’Amnesty International pour l’Afrique. Des éléments suggèrent que lui et ses six co-accusés ont été privés du droit à un procès équitable et que sa longue détention résulte d’une injustice. »

La condamnation à mort de Patrick Okoroafor a été commuée en réclusion à perpétuité par l’administrateur militaire de l’État d’Imo en 1997, et cette peine a été commuée en 2001 en « détention au bon vouloir du gouverneur ». En 2008, le comité sur l’exercice du droit de grâce de l’État d’Imo a recommandé que Patrick Okoroafor soit de nouveau condamné à la réclusion à perpétuité.

Le 29 mai 2009, sa sentence a finalement été transformée en peine de dix ans d’emprisonnement. Cette nouvelle peine cependant a débuté le 29 mai et ne prend pas en compte les quatorze ans que Patrick Okoroafor a déjà passés derrière les barreaux. Amnesty International considère que cette mesure est arbitraire et s’apparente à un déni de justice.

La journée mondiale d’action d’Amnesty International sera marquée par des événements dans les pays suivants : Algérie, Allemagne, Autriche, Bénin, Burkina, Canada, Côte d’Ivoire, France, Mali, Maroc, Maurice, Pays-Bas, Royaume-Uni, Sénégal, Suède, Togo et Tunisie. Une délégation d’Amnesty International se rendra également à Owerri, dans l’État d’Imo, pour demander au gouverneur de libérer Patrick Okoroafor.

Des membres d’Amnesty International se rendront au siège de la représentation du Nigeria à Londres (Royaume-Uni), tandis que d’autres se rendront dans les ambassades du Nigéria à Vienne (Autriche) et à Paris(France) pour y déposer des centaines de lettres demandant la libération immédiate de Patrick Okoroafor. En Allemagne, des membres d’Amnesty International organisent des événements dans le centre-ville de Berlin, dont des interventions théâtrales dans la rue. Des membres du réseau Jeunes de l’organisation en Afrique organisent des événements devant les ambassades du Nigeria et dans les rues adjacentes dans les pays suivants : Algérie, Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Maurice, Maroc, Togo et Tunisie.
Parmi les personnes demandant la libération de Patrick Okoroafor figurent le footballeur nigérian Onyekachi Apam de l’OGC Nice qui, avec le reste de son équipe, a signé le maillot n°14 du club niçois ; le musicien nigérian Keziah Jones et le sénateur français David Assouline.

Complément d’information

En octobre 2008, Amnesty International a publié un rapport intitulé Nigéria. « Pour qui vient le bourreau ? », (voir ICI) qui décrivait les défaillances de l’appareil judiciaire au Nigeria. Les recherches effectuées pour ce rapport montraient que la plupart des condamnés à mort attendant d’être exécutés n’avaient pas bénéficié d’un procès équitable et pouvaient de ce fait être innocents. Le rapport concluait que l’appareil judiciaire nigérian était « marqué par la corruption, la négligence et un manque de ressources presque criminel ».

Ce rapport se trouve sur le site de l’organisation, voir ICI.

Des versions électroniques des images et photographies de la manifestation sont disponibles à la demande auprès du service de presse du Secrétariat international d’Amnesty International.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.